L’As de Route 17 disparaît… et rapporte 84 000$ à une femme de Moncton

Il y a un as de pique de moins en circulation au Nouveau-Brunswick alors que celui de la radio communautaire Route 17 a été tiré.

C’est une dame originaire de Kedgwick demeurant aujourd’hui dans la région de Moncton, Guylaine Fournier, qui a eu la main heureuse et qui est repartie avec la cagnotte, un montant plus qu’appréciable de 84 491 $.

La pige s’est produite exactement à mi-chemin de la chasse, soit à la semaine 26.

«On aurait bien aimé que ça aille encore un peu plus loin, surtout qu’on a effectué des ventes record de 28 995 $ mercredi. Mais ce n’est pas grave. Nous avons tout de même réussi à récolter un bon montant pour notre radio, c’est ce qui compte», exprime le président du conseil d’administration de Route 17, Marcel Paquet.

Ce montant dépasse en fait les 120 000 $.

«C’est une somme substantielle pour des petites communautés comme les nôtres. L’assistance a dépassé nos attentes, les gens ont embarqué dans l’aventure avec enthousiasme. L’argent amassé va nous permettre d’accéder à un programme fédéral visant à renouveler nos infrastructures, notamment au niveau de la technique, comme le changement de nos consoles, micros, etc.», indique M. Paquet.

Il faut dire que le temps commençait par ailleurs à presser pour la chasse à l’as de Route 17, radio qui dessert les communautés du Restigouche-Ouest. C’est que la licence pour cette loterie se terminait le 7 avril, la chasse ayant débuté avec plusieurs semaines de retard sur l’échéancier initial. Ainsi, quoiqu’il advienne, elle n’aurait pu se poursuivre plus tard que cette date et le gros lot aurait été pigé à ce moment.

«Mais la pige de mercredi à régler ce problème», dit en riant M. Paquet.

Et maintenant? Satisfait des résultats de cette première chasse et désireux de conserver l’intérêt de la population, le conseil d’administration de la radio entend recommencer une nouvelle loterie sous peu.

«Nous allons effectuer une demande pour un nouveau permis», confirme le président de la radio, ajoutant par contre que le format sera cette fois différent.

Ainsi, au lieu de forcer les gens à se déplacer chaque semaine à un endroit, les billets seront vendus à des points de vente et le tirage sera effectué sur les ondes de la radio.

«C’est une formule qui se fait ailleurs et qui a fait ses preuves. On ne croit pas que ce nouveau procédé va affecter les ventes de billets. Au contraire, on pense que cela va même contribuer à les augmenter. Et ce qui est intéressant, c’est qu’on va se servir de notre radio comme outil de diffusion, donc ça va forcer les gens à nous écouter pour connaître le numéro du billet gagnant. C’est dans la logique des choses finalement d’utiliser la radio puisque c’est pour elle que l’on fait tout cela», note M. Paquet.

La direction de la Route 17 misant beaucoup sur cette loterie pour maintenir les coffres de la station à flot.

«Je crois que les gens aiment le concept et qu’ils vont embarquer de nouveau. Chose certaine, il y a une demande de notre côté, pour mettre la main sur des fonds pour notre radio. Le volume de ventes publicitaires dans notre coin n’est pas très volumineux puisque notre marché est restreint. On couvre une petite distance avec une petite population. La chasse à l’as nous permet de stabiliser de nos revenus», ajoute M. Paquet.