L’ancienne usine de transformation de Mills Aquaculture, à Bouctouche, sera vendue à l’encan, mardi matin.

Après une tentative de vente par appel d’offres qui n’a pas reçu d’offre satisfaisante, l’édifice principal de l’usine de transformation de Mills Aquaculture, à l’entrée est de la ville de Bouctouche, sera vendu par encan public.

Mardi matin à l’hôtel de ville de Bouctouche, des acheteurs potentiels se rassembleront et placeront des offres sur l’ancienne usine de transformation.
Le centre de dépuration, situé en bas de la rue Mills, en bordure de la rivière Bouctouche, ne fait pas partie de la vente à l’encan. Le bâtiment et l’équipement utilisé pour traiter la coque auraient été vendus dans le cadre du processus d’appel d’offres d’Ernst & Young, en février. La vente doit être finalisée au début de la semaine prochaine.

La corporation propriétaire de Mills Aquaculture a fait faillite en début janvier. Jusqu’à 150 personnes travaillaient à l’usine située au 30 rue Évangéline avant sa fermeture soudaine, en septembre 2016. Des résidants de la ville de Kent, y compris le maire Roland Fougère, ont exprimé des craintes par rapport aux effets sur l’économie de la municipalité de quelque 2000 habitants.

Selon la déclaration du séquestre, Mills Aquaculture avait une dette de 5,5 millions $ au moment de sa faillite, dont plus de 460 000 $ au créancier garanti la Banque de développement du Canada. La corporation devait aussi des montants indéterminés aux créanciers garantis Top Claw Lobster and Seafood Limited et Lift Capital Corporation. De plus, elle devait environ 3,4 millions $ à ses actionnaires et près de 500 000 $ à Nautical Seafoods, des créanciers non garantis.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle