L’ex-chef pompier Denis Savoie poursuit Tracadie

L’ex-directeur de la sécurité publique et chef pompier de Tracadie, Denis Savoie, tient parole et poursuit son ancien employeur pour congédiement injustifié.

Le 28 avril, peu après avoir été remercié de ses services par la Municipalité régionale de Tracadie, il avait annoncé qu’il comptait se tourner vers les tribunaux.

C’est chose faite depuis mardi. Son avocat, Me Brian Murphy, a déposé un avis de poursuite et un exposé de la demande en Cour du Banc de la Reine à Moncton.

Il explique que peu après être entré en poste (en septembre 2015), son client «s’est rapidement rendu compte qu’il y avait des irrégularités à l’intérieur des casernes de Tracadie et de Rivière-du-Portage» et qu’il a «découvert une mauvaise gestion financière, de l’intimidation entre pompiers et des détournements de fonds publics.»

Denis Savoie affirme qu’il aurait ensuite tenté d’assainir l’environnement de travail dans les casernes et qu’il aurait suspendu «quelques pompiers pour leurs comportements inacceptables», ce qui n’aurait pas été bien reçu par les pompiers. Il aurait ensuite «constamment été victime de harcèlement et d’intimidation.»

Me Brian Murphy allègue que son client a essayé d’aviser les conseillers municipaux et le maire à plusieurs reprises, pendant des mois, sans succès. Après ces tentatives ratées d’attirer l’attention des élus, il se serait «senti obligé de discuter de ces irrégularités avec les médias dans l’intérêt de la justice et de l’équité aux gens qui paient des impôts.»

On connaît la suite. En février, Denis Savoie a critiqué son employeur en entrevue à la télévision. La Municipalité régionale a réagi en le suspendant avec salaire. Le 24 avril, le conseil municipal a décidé de le mettre à la porte et d’abolir son poste.

Dans l’exposé de la demande déposé mardi à Moncton, Denis Savoie soutient qu’il a été congédié injustement et qu’il a été la victime d’un complot. Il avance que la Municipalité régionale est responsable de l’intimidation dont il dit avoir été assujetti par les pompiers.

Il dit que cela lui a causé «de l’anxiété sérieuse, (de la) dépression, de la détresse mentale, de l’insomnie, des problèmes de santé graves et a endommagé sa réputation» et réclame une compensation financière.

Il demande l’équivalent de deux années de salaire ainsi que des divers dommages et intérêts. La somme qu’il souhaite obtenir n’est pas précisée dans son exposé.

En conférence de presse, le 28 avril à Moncton, Me Brian Murphy avait avancé que la réclamation pourrait «s’élever au-dessus d’un million de dollars». Cette menace n’a finalement pas été mise à l’exécution.

Comme l’avis de poursuite vient d’être déposé, la Municipalité régionale de Tracadie n’y a pas encore répondu.

On peut cependant s’attendre à ce qu’elle dépose un avis d’intention de présenter une défense, compte tenu des commentaires récents du maire Denis Losier.

En entrevue téléphonique avec l’Acadie Nouvelle, le 28 avril, peu après la conférence de presse de Denis Savoie, il avait indiqué en entrevue que la Municipalité régionale comptait se défendre en cour.