La Société canadienne du cancer ferme son bureau d’Edmundston

Après ceux de Bathurst et de Fredericton au cours des deux dernières années, la Société canadienne du cancer fermera son bureau régional d’Edmundston à la fin juillet. Ses deux employés travailleront dorénavant à domicile.

C’est dans un effort d’offrir différemment les services que la décision a été prise.

Selon la directrice du Développement des revenus, Paula White, les sommes ainsi économisées seront réinvesties dans la recherche ainsi que les programmes de prévention et de soutien.

La fermeture du bureau, en vigueur à partir du 21 juillet, correspondra à la fin du bail des espaces que l’organisme occupait à l’Annexe Brunswick. Elle engendrera une économie d’environ 70 000$, incluant les frais de location et le salaire d’une secrétaire.

Les bureaux régionaux de Fredericton et de Bathurst ont aussi été fermés en 2015 et en 2016, respectivement. Dans la province, il ne restera que ceux de Moncton et de la maison-mère à Saint-Jean.

Dans les régions où les bureaux ont été fermés, un emplacement a été identifié dans la communauté pour offrir certains services comme les perruques ou encore les prothèses mammaires. À certains endroits, ils sont dorénavant offerts à partir d’un hôpital.

Pour l’organisme, l’objectif premier est de continuer à offrir les mêmes services sur le territoire.

«Ça demeurera la même chose sauf que l’on n’aura plus d’espace physique. Les deux employées vont continuer à répondre aux clients à partir de leur bureau à la maison et elles se déplaceront au besoin. Nous n’avons pas eu de plaintes avec un pareil fonctionnement à Bathurst et à Fredericton. Les négociations sont en cours pour justement identifier un emplacement pour le service des perruques et les prothèses mammaires», a indiqué la porte-parole du conseil d’administration de la Société canadienne du cancer du Nouveau-Brunswick, Roberta Dugas.

Au fil des ans, la région d’Edmundston a souvent été l’une des plus généreuses lors du Relais pour la vie au Nouveau-Brunswick. Ses organisateurs espèrent que le choix de l’emplacement pour offrir certains services sera connu d’ici le prochain Relais, le samedi 3 juin, afin de pouvoir l’annoncer aux participants.

«La façon d’offrir les services a changé sur la scène nationale et on nous demande la même chose au provincial. Les gens vont comprendre la décision quand ils vont réaliser l’ampleur de l’économie. Il y a de plus en plus de cas de cancer et nous devons continuer à être présents dans les communautés», a ajouté Mme Dugas, de Caraquet.

En ce qui a trait à l’avenir des bureaux régionaux restants, elle soutient que l’organisme évaluera la situation de façon annuelle.

«Ce ne sont jamais des décisions faciles. Chaque année, nous évaluons la situation pour analyser comment on peut faire les choses autrement»

Les programmes et services offerts par la Société canadienne du cancer comprennent notamment des perruques et des prothèses capillaires, un soutien financier pour les personnes qui doivent voyager pour leurs traitements, ainsi que le camp Goodtime pour les enfants qui sont ou ont été atteints d’un cancer.