74 millions de récipients consignés ne sont pas retournés au N.-B.

Les Néo-Brunswickois se privent de millions de dollars en ne retournant pas leurs récipients consignés dans un centre de recyclage. Seulement près de 69% des contenants de boisson non alcoolisée aboutissent dans un centre de tri.

Ce sont 74 millions de récipients qui ne sont pas retournés, chaque année, au Nouveau-Brunswick. C’est donc 3,7 millions $ qui ne retournent pas dans les poches des Néo-Brunswick. C’est de l’argent qui est littéralement jeté à la poubelle, selon la Eastern Recyclers Association (ERA).

Ce ne sont pas que les consommateurs qui sont perdants. Les petites entreprises de recyclages que représente l’ERA y perdent aussi au-delà de 3,5 millions $ par année en ne traitant pas ces millions de récipients consignés.

Il y a 23 ans, il y avait une centaine de centres de recyclage répartis sur le territoire du N.-B. Aujourd’hui, il n’en reste qu’environ 70.

«C’est près de 6 ou 7 millions $ qui ne sont pas réinjectés dans l’économie», a indiqué Bruce Rogers, directeur général de l’ERA.

Dépendamment du type de récipients, le remboursement que reçoit le consommateur par canette ou bouteille est de 5 ou 10 cents. En ne recyclant pas ces récipients, le consommateur comme le centre de tri sont perdants.

«Si vous avez 20 récipients autour de la maison, vous venez tout juste de jeter un dollar», a insisté M. Rogers.

L’ERA suggère aux gens qui ne pensent pas avoir le temps de se rendre à un centre de recyclage de faire don de leurs récipients.

«Il y a des gens qui ne veulent pas la complication de se rendre à un centre de recyclage. Mais il y a sûrement quelqu’un dans votre quartier une équipe sportive ou un organisme de charité qui voudrait bien avoir ces bouteilles».

Dans certaines régions du Nouveau-Brunswick, comme dans le Sud-Est, il existe des programmes de recyclage à la maison. Par exemple, dans le Grand Moncton, si une personne place une canette dans un sac bleu, elle sera recyclée, mais c’est le centre de gestion des déchets qui recevra le remboursement de 5 cents.

«La question qui tue est: est-ce que le consommateur est prêt à délaisser sa consigne? Il faut se rappeler que le consommateur a payé une consigne. Si le consommateur se dit qu’il n’a vraiment pas le temps de se rendre à un centre ou que ce n’est tout simplement pas pratique et qu’il décide de le mettre dans le sac bleu, ça va. Nous, on collabore avec les commissions régionales de services. Alors toutes les commissions qu’elles peuvent trier, on leur rembourse le 5 cents», a rappelé Pierre Landry, directeur général d’Encorp Atlantique.

Encorp Atlantique a la mission de récupérer le récipient au nom des 85 distributeurs de boissons non alcoolisées qu’il représente au Nouveau-Brunswick. L’entreprise gère son programme de recyclage depuis 25 ans et en un quart de siècle, on n’arrive pas encore à tout récupérer les contenants.

«La récupération des récipients, du moins pour les non alcoolisés, est stagnante et même légèrement à la baisse», a précisé M. Landry.

Plus de 162,7 millions de récipients, dont le contenu n’était pas alcoolisé, ont été recyclés au Nouveau-Brunswick du 1er avril 2016 au 31 mars 2017.

L’ERA constate la même chose. En fait, il y avait environ 110 centres de recyclage au Nouveau-Brunswick il y a 25 ans et aujourd’hui on n’en compte que 73. Quelque chose doit être fait.

«Je pense qu’on doit moderniser le programme pour le rendre plus facile et accessible au consommateur. Tous les sondages indiquent que le consommateur ne récupère pas ses récipients pour des raisons monétaires. Il le fait pour d’autres raisons. Il le fait parce que c’est la chose à faire», a précisé M. Landry.

Des programmes ont été mis à l’essai à Moncton et à Fredericton et ont connu beaucoup de succès selon Encorp. Un rapport sera par ailleurs prochainement publié.

Entre autres, à Moncton, deux centres de recyclage automatisés (Re-Centre) ont été installés pour une période d’essai de trois ans qui doit se terminer en juin. Ces centres permettent de recycler jusqu’à 160 récipients en moins de 30 secondes et de recevoir son remboursement directement dans son compte bancaire. Le projet pilote a connu un tel succès qu’il devrait être prolongé.

Au Nouveau-Brunswick, 97% des bouteilles de bière sont recyclées. Elles sont nettoyées et revendues aux brasseurs qui les réutilisent un certain nombre de fois.

Projet pilote

Deux centres de recyclage du Grand Moncton participent à un projet pilote qui doit faciliter l’expérience du consommateur lorsque vient le temps d’échanger ses bouteilles vides.

Valley Redemption, dans ses centres de Moncton et de Dieppe, propose maintenant à ses clients d’utiliser des boîtes vertes re360 pour un remboursement plus rapide. Le projet pilote est effectué dans le cadre d’une recherche sur les méthodes de recyclage mené par Encorp Atlantique.

Les clients qui utiliseront les nouvelles boîtes bénéficieront d’un service prioritaire. Chaque boîte équivaut à un remboursement de 3$ pour les récipients consignés. Pour se procurer la boîte, le client doit faire un dépôt de 5$.

Les centres où sont disponibles ces nouvelles boîtes sont situés au 323, rue Collishaw à Moncton et au 665, rue Babin à Dieppe. Ils sont ouverts au public du lundi au vendredi de 8h à 17h, et le samedi de 8h à 13h.