Bilan comparatif de l’alimentation: le N.-B. fait piètre figure

Les provinces de l’Atlantique se classent derrière les autres régions dans le premier bilan comparatif de l’alimentation dressé par le Conference Board du Canada.

Le document intitulé «Bilan comparatif de l’alimentation au Canada 2016: Rendement des provinces» présente des données en matières de prospérité de l’industrie, de saine alimentation, de salubrité alimentaire, de sécurité alimentaire des ménages et de durabilité environnementale.

La Nouvelle-Écosse obtient sa meilleure note pour la saine alimentation, grâce à sa consommation relativement faible de sodium, de glucides et de sucres ajoutés. La province est toutefois presque au bas du classement en ce qui a trait à la prospérité de l’industrie et à la salubrité alimentaire.

L’Île-du-Prince-Édouard est la plus performante des provinces de l’Atlantique pour la vente de produits alimentaires par habitant et la croissance dans le secteur de la fabrication de produits alimentaires. La province fait bien aussi pour la prospérité de l’industrie, la saine alimentation et la durabilité environnementale.

En revanche, l’Île-du-Prince-Édouard accuse du retard sur la sécurité alimentaire des ménages, surtout à propos des enfants, de même que pour la salubrité alimentaire.

Le Nouveau-Brunswick s’en tire assez bien au chapitre de la saine alimentation, mais performe moins bien dans les catégories de la prospérité de l’industrie et de la durabilité environnementale. La province affiche l’un des plus hauts taux de gaspillage de nourriture par les ménages de toutes les provinces.

La salubrité alimentaire du Nouveau-Brunswick est également préoccupante.

Enfin, Terre-Neuve-et-Labrador écope de très mauvaises notes dans trois des cinq catégories et se classe derrière toutes les autres provinces en ce qui a trait à la saine alimentation.