Des travaux de 12 à 20 millions $ prévus à la polyvalente d’Edmundston

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick effectuera une évaluation de la Cité des Jeunes d’Edmundston afin de déterminer les améliorations nécessaires à y apporter pour la mettre à jour pour les années 2020.

Pour l’instant, aucun montant n’est rattaché à l’étude qui sera réalisée au cours de la prochaine année. La ministre du Développement économique et d’Opportunités NB, Francine Landry, a laissé entendre que son coût sera déterminée lors d’un appel d’offres.

«Habituellement, de 12 à 20 millions $ sont consacrés aux différentes étapes pour apporter les améliorations nécessaires à une école. Les travaux pourraient débuter d’ici deux ou trois ans», a-t-elle mentionné.

La polyvalente la Cité des Jeunes a été inaugurée en 1971. – Acadie Nouvelle: Gilles Duval

Dans la foulée de la création de nouvelles polyvalentes au Nouveau-Brunswick, la Cité des Jeunes a été inaugurée en 1971. Conçue pour une population étudiante de 2000 élèves, elle est de nos jours fréquentée par 950 jeunes de la neuvième à la 12e année du territoire s’étendant de Saint-François à Sainte-Anne-de-Madawaska.

Le directeur du Conseil d’éducation du District scolaire francophone du Nord-Ouest (DSFNO), Richard Landry, a laissé entendre qu’il sera important d’effectuer une cure de jouvence à la polyvalente pour en assurer sa sécurité et la qualité de l’environnement d’apprentissage à l’aube de la prochaine décennie.

«Des améliorations majeures du genre, ça ne se fait pas à tous les 10 ans. Dans ce cas-ci, on le fera (une première fois) depuis son ouverture il y a 46 ans. Ce sera à notre tour de préparer notre école pour la prochaine décennie. Nous allons assigner des membres du conseil à la réalisation de cette étude», a-t-il indiqué.

La Cité des Jeunes est l’une des plus importantes en superficie au Nouveau-Brunswick. En raison de la disponibilité d’espace due à la diminution de la population scolaire, les bureaux administratifs du District scolaire francophone Nord-Ouest y sont situés depuis quelques années.

«Le bâtiment correspond aux normes du début des années 70 lorsqu’il a été construit. On aurait par exemple des améliorations à faire au chapitre de l’accessibilité pour les personnes en fauteuil roulant. La ventilation et le chauffage datent de l’ouverture de la polyvalente. On pourrait sûrement avoir des installations plus écoénergétiques pour faire des économies», a souligné le directeur de la CDJ, Bertin Lang.

La polyvalente accueille maintenant la moitié d’élèves que le nombre prévu à son ouverture.

«Il y a sûrement de l’espace qu’on pourrait partager. Oui nous pouvons ouvrir davantage la polyvalente à la communauté pour accroître l’efficacité du bâtiment, selon ce que l’étude va déterminer», a fait remarquer M. Lang.

Des élèves interrogés au hasard estiment qu’ils fréquentent une école adéquate. Parmi les améliorations souhaitées, ils évoquent l’amélioration du réseau internet sans fil, l’acquisition de livres et de nouveaux ordinateurs pour remplacer ceux vieillissants ainsi que l’ajout d’une machine pour l’utilisation des cartes de débit car elles ne sont pas acceptées à la cafétéria.