Daech revendique l’attentat de Manchester

Au moins 22 personnes ont été tuées tard lundi soir quand un kamikaze s’est donné la mort à la sortie d’un concert de la chanteuse Ariana Grande à Manchester, au Royaume-Uni.

Des dizaines de personnes ont également été blessées.

Daech (le groupe armé État islamique) a annoncé mardi que l’attentat était l’oeuvre d’un de ses membres.

La première ministre Theresa May a dit qu’il ne fait «aucun doute» que Manchester a été victime d’«une attaque terroriste haineuse».

«Nous peinons à comprendre l’esprit tordu qui voit une salle remplie de jeunes enfants non pas comme une scène que l’on doit chérir, mais comme une occasion de carnage», a-t-elle déclaré.

La police du Grand Manchester a annoncé mardi l’arrestation d’un homme de 23 ans dans le sud de la ville, en lien avec cette attaque.

La police britannique a ensuite perquisitionné deux secteurs résidentiels de Manchester, provoquant une explosion contrôlée dans l’un d’eux. Des policiers en civil munis de gants ont emporté des sacs d’un appartement. Ce quartier se trouve à moins de deux kilomètres de l’endroit où le suspect de 23 ans a été épinglé.

L’attentat s’est produit à la fin du concert, au moment où le public se dirigeait vers la sortie. La bombe pourrait avoir contenu des éclats de métal, selon certains témoins, de manière à faire un nombre maximum de victimes.

Le transport en commun de la ville a été fermé, mais les chauffeurs de taxi ont offert leurs services gratuitement. Des résidants ont ouvert leurs maisons à ceux qui en avaient besoin et les réseaux sociaux débordaient d’appels désespérés lancés par des parents qui cherchaient leurs enfants ou des amis séparés dans la cohue.

Mme May a dit que les policiers croient connaître l’identité du kamikaze, mais que l’information ne sera pas dévoilée pour le moment.

La campagne électorale en vue du scrutin du 8 juin a été suspendue.

L’explosion s’est produite vers 22 h 30, heure locale, à la fin du concert de la chanteuse américaine. Des dizaines de voitures de police, d’unités anti-bombe et d’ambulances se sont précipitées sur les lieux. Plus de 400 policiers ont été déployés.

La ministre de l’Intérieur Amber Rudd a dénoncé «une attaque barbare, qui visait délibérément certains des membres les plus vulnérables de notre société — les jeunes et les enfants qui assistaient à un concert de musique populaire».

Le service local d’ambulances a dit avoir transporté 59 personnes vers différents hôpitaux. On compterait 12 enfants âgés de moins de 16 ans parmi les blessés.

Les autorités municipales et le maire de Manchester, Andy Burnham, comptaient parmi les centaines d’utilisateurs de Twitter qui ont fait circuler le mot-clic MissinginManchester utilisé par ceux qui cherchaient leurs proches.

Il s’agirait du pire attentat terroriste au Royaume-Uni depuis que quatre kamikazes ont tué 52 passagers à bord du transport en commun de Londres en juillet 2005.

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que les Canadiens avaient «appris avec horreur l’attentat survenu à Manchester».

«Aux côtés de nos alliés et de nos partenaires, nous allons poursuivre notre combat contre de tels gestes insensés et contre le terrorisme sous toutes ses formes», a-t-il ajouté plus tard.

Ottawa tentait toujours de déterminer si des Canadiens avaient été touchés par les événements.
Une explosion lors d'un concert à Manchester