Bois d’oeuvre: Ottawa vole au secours de l’industrie avec un plan de 900 millions $

Le gouvernement fédéral a dévoilé jeudi des mesures d’aide à l’industrie forestière atteignant près de 900 millions $. L’annonce est applaudie au Nouveau-Brunswick.

En avril, le département du Commerce américain a décidé d’imposer des droits compensateurs de 19,88% aux exportateurs de bois mou canadiens. Les entreprises néo-brunswickoises y seront soumises, sauf JD Irving qui a pu obtenir un taux de 3,02% après avoir déposé une soumission auprès des autorités américaines.

L’administration américaine estime que le Canada subventionne injustement son industrie en maintenant les prix artificiellement bas. Le gouvernement Trudeau a riposté jeudi en indiquant que des prêts et des garanties d’emprunt seront offerts aux entreprises touchées.

Exportation et développement Canada disposera de 500 millions $ et la Banque de développement du Canada débloquera 105 millions $. Et 260 millions $ seront en partie consacrés aux travailleurs de l’industrie du bois d’oeuvre mis à pied, avec notamment des bonifications à l’assurance-emploi.

«Le gouvernement investira aussi dans la diversification des produits forestiers et des marchés pour accroître la résilience de l’industrie face à ces mesures commerciales inéquitables et promouvoir sa vitalité à long terme», précise le communiqué d’Ottawa.

Dans un rapport publié mercredi, le Conference Board du Canada conclut que les producteurs canadiens de bois d’oeuvre seraient durement affectés par une longue guerre commerciale.

L’industrie débourserait 1,7 milliard $ en droits par année, supprimerait 2200 emplois et perdrait 700 millions $ en exportations vers les États-Unis au cours des deux prochaines années.

Le département du Commerce américain doit statuer le 9 juin sur d’éventuels tarifs antidumping supplémentaires contre les producteurs canadiens.

Soulagement de l’industrie néo-brunswickoise

Mike Légère, directeur exécutif de Forêt NB, salue l’initiative d’Ottawa. «C’est bon de voir que le gouvernement fédéral est prêt à assister l’industrie dans cette période d’incertitude.»

Il espère cependant pouvoir obtenir plus de détails rapidement. «On va attendre de voir comment les entreprises du Nouveau-Brunswick peuvent en bénéficier, ce sera aux usines d’appliquer individuellement aux programmes.»

Forêt NB, qui regroupe la plupart des transformateurs de bois de la province, continue de réclamer que la province soit exemptée des droits compensateurs comme elle l’a été par le passé.

«Le ministre Carr a souligné le besoin de retourner à la table des négociations, c’est très important pour nous», note M. Légère.

Comme une grande partie du secteur, Maibec a été touché par la hausse des tarifs douaniers. L’entreprise emploie 850 personnes au Québec, dans le Maine ainsi qu’à Balmoral au Nouveau-Brunswick, dans son usine de fabrication de bardeaux de cèdre.

«Toute aide va être utile pour aider l’industrie à survivre pendant la période de conflit», réagit Charles Tardy, vice-président des approvisionnements et du développement industriel pour Maibec.

«C’est une situation pénible, le niveau de taxation nous affecte. Pour l’instant, les prix sont plus élevés que d’habitude, ça nous permet de compenser en partie. On espère qu’on n’aura pas à diminuer nos opérations.»

Selon lui, le plan fédéral n’est pas une subvention de l’industrie, mais la juste réponse aux mesures protectionnistes des États-Unis.

«C’est vrai que les Américains risquent de reprocher cette aide-là aux Canadiens, mais d’un autre côté ils n’ont jamais été capables de prouver leurs allégations en cour. Ce qu’ils font n’est pas plus légal que cette aide qui vient contrer ces attaques injustifiées.»

Depuis plusieurs années, Maibec s’était préparée à un nouveau conflit sur le bois d’oeuvre en investissant 28 millions $ pour diversifier sa production. «On est moins exposé que si on était seulement dans le bois d’oeuvre», souligne M. Tardi.

L’entreprise produit désormais une partie de son bois d’oeuvre de l’autre côté de la frontière. Elle s’est aussi spécialisée dans la fabrication de produits à plus haute valeur ajoutée, en particulier les revêtements muraux.

Avec des extraits de la Presse canadienne