La banque alimentaire de Moncton cambriolée

La banque alimentaire de Moncton a été victime d’un vol par effraction. Cinq ordinateurs portables ont été volés, mais l’information des clients n’est pas compromise, assure le gérant du complexe.

Les employés de la boutique de vêtements usagers du Centre d’alimentation communautaire Peter McKee ont verrouillé les portes de l’édifice à la fin de leur quart de travail, vers 16h samedi. Le lendemain matin à 10h, le gérant du complexe qui comprend le Food dépôt alimentaire est arrivé au bureau. C’est alors qu’il a découvert le cambriolage.

Les suspects seraient entrés par la porte arrière en forçant une serrure brisée. Ils ont ensuite utilisé des outils qu’ils ont trouvés sur les lieux – quelques paires de ciseaux – et ont forcé la porte des bureaux des administrateurs.

Ils se sont enfuis avec cinq ordinateurs portatifs et un peu d’argent de la caisse du magasin d’occasion. Les appareils ne contenaient heureusement pas l’information personnelle des clients.

«Notre système est en ligne, et il faut avoir un mot de passe pour y avoir accès. Ce n’est pas basé sur l’ordinateur comme tel», assure Ben MacMichael, gérant du centre.

L’entrée par effraction aurait pu être pire, ajoute-t-il. Les voleurs n’ont pas pris de nourriture de la banque alimentaire et n’ont pas commis de vandalisme flagrant.

M. MacMichael est cependant frustré par le manque de respect de la part des personnes qui ont commis le crime.

«Cet édifice existe parce que nous essayons d’aider les gens. C’est frustrant que certains retournent la faveur de cette façon. C’est une minorité de personnes qui agit ainsi. Dans des temps comme ceux-ci, je ne pense pas à la personne qui a fait cela, mais aux 1500 familles que nous servons qui n’agiraient pas ainsi. Elles sont tout aussi frustrées que nous.»

M. MacMichael croit que les ordinateurs pourraient être vendus à environ 75$ chacun dans la rue. Cependant, de nouveaux ordinateurs coûteront environ 750$ pièce.

«Ils ont pris un grand risque pour très peu. Malheureusement, plusieurs personnes désespérées vivent dans l’instantané. Ils pensent “j’ai faim maintenant, donc je dois agir maintenant”. La personne qui a volé avait probablement un besoin à combler et la première chose qui lui est venue en tête était l’occasion opportuniste d’un vol.»

L’équipe de M. MacMichael a l’intention d’installer de nouvelles serrures et d’aménager un système de surveillance vidéo afin d’assurer la sécurité du bâtiment et des clients.

Lundi matin, c’était le retour à la normale à la banque alimentaire. M. MacMichael a apporté deux ordinateurs personnels au centre en attendant que les autres soient remplacés.

La GRC a entamé une enquête. Elle aurait notamment pris note des numéros de série des appareils volés.

Selon M. MacMichael, plusieurs organismes à but non lucratif de la communauté ont offert leur aide au Centre d’alimentation Peter McKee.