Le déclin du saumon de l’Atlantique s’aggrave

Les saumons atlantiques ont été moins nombreux à regagner les rivières de l’Amérique du Nord pour se reproduire l’an dernier, ce qui ne présage rien de bon pour l’avenir de ce poisson, selon la Fédération du saumon atlantique (FSA).

Le saumon naît dans les rivières, nage vers les eaux de l’Atlantique puis retourne au bercail pour frayer.

Les rivières de la Nouvelle-Angleterre et des provinces de l’Atlantique en regorgeaient autrefois, mais les saumons sont maintenant menacés ou même complètement disparus dans certains de ces endroits.

La FSA, établie au Nouveau-Brunswick, a publié un rapport plus tôt ce mois-ci qui signale qu’un peu plus d’un demi-million de saumons sont revenus dans les eaux nord-américaines l’an dernier. Il s’agit d’une dégringolade de 27% par rapport à l’année précédente.

Les jeunes saumons qui n’ont passé qu’un seul hiver en mer, les madeleineaux, ont été 31% moins nombreux à retourner frayer par rapport à 2015.

Le porte-parole de la FSA, Neville Crabbe, soutient que la montaison s’annonce à nouveau médiocre cette année.

«On a demandé aux gens de choisir de tuer moins de saumons, a-t-il exposé. La solution à long terme est que les gouvernements concluent des ententes entre eux.»

Les défis que doivent affronter les saumons atlantiques sauvages passent des barrages à la pression de la pêche au large du Canada et du Groenland.

Selon Neville Crabbe, la disponibilité de leurs proies a également changé, ce qui limite l’espérance de vie des saumons.

L’organe fédéral américain Fish and Willdlife Service a élaboré un plan de rétablissement des populations de saumon dans le golfe du Maine. Pour ce faire, il réclame la restauration de leurs habitats, le retrait des barrages et la mise sur pied de programmes de couvoirs. Cette espèce de saumon a été déclarée menacée en 2000.