Un véhicule fauche des piétons devant une mosquée à Londres, faisant un mort

Une personne a été tuée et neuf autres blessées tôt lundi, à Londres, quand un homme blanc au volant d’un camion a foncé sur les fidèles qui se massaient devant une mosquée du nord de la métropole.

Le suspect a été arrêté et une enquête pour terrorisme ouverte.

La première ministre britannique Theresa May a rapidement condamné cette attaque contre des «innocents» et prévenu que le Royaume-Uni ne reculera devant rien pour écraser l’extrémisme.

La police a expliqué que le suspect de 47 ans a foncé sur les fidèles qui sortaient de la mosquée du parc Finsbury après les prières du soir. Il a ensuite été maîtrisé par des témoins de l’attaque en attendant l’arrivée des policiers. L’individu fait l’objet d’accusations de nature terroriste. Il a été transporté vers l’hôpital et sera soumis à une évaluation psychiatrique.

Le commissaire adjoint de la Police métropolitaine, Neil Basu, a dit que les enquêteurs tentent de déterminer si la victime qui est morte sur place a perdu la vie en raison de l’attaque.

La police londonienne – qui est déjà sur les dents après l’incendie du 14 juin, qui pourrait avoir fait 79 morts, et l’attentat du pont de Londres le 3 juin, qui a fait huit morts – a annoncé que davantage d’agents seront déployés dans les rues pour rassurer la population. Les leaders musulmans ont lancé un appel au calme.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a demandé à ses concitoyens de se concentrer sur les valeurs qu’ils partagent et de faire preuve de solidarité pendant cette période sans précédent dans l’histoire de la ville.

«Même si cela semble être une attaque contre une communauté bien spécifique, comme les attaques terribles de Manchester, Westminster et du pont de Londres, il s’agit aussi d’un assaut contre nos valeurs communes de tolérance, de liberté et de respect, a dit M. Khan. Je demande à tous les Londoniens de demeurer calmes et vigilants.»

Des responsables britanniques de la sécurité ont révélé, sous le couvert de l’anonymat, que le nombre de crimes haineux contre les musulmans a pratiquement quintuplé dans la foulée des attaques récentes au Royaume-Uni.

Le diffuseur SkyNews rapporte que l’imam de la mosquée a empêché ses fidèles de tabasser le suspect en attendant les policiers.

«Nous avons un témoin qui nous dit que le type qui a fait ça, le conducteur du camion, a dit ‘J’ai fait ma part’, donc il n’a pas de maladie mentale, a dit Toufik Kacimi, un leader de la communauté musulmane britannique. Il a agi délibérément pour frapper et tuer autant de musulmans que possible, donc c’est un terroriste.»

En pleine période de ramadan, de nombreux musulmans s’étaient rendus à la mosquée dimanche soir pour souligner la rupture du jeûne à la tombée de la nuit.

La mosquée du parc Finsbury avait été associée à une idéologie extrémiste pendant plusieurs années après les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, mais fut fermée pendant un certain temps pour ensuite rouvrir.