Des défis budgétaires majeurs pour le Nouveau-Brunswick

D’ici 2038, plus de 30% de la population du Nouveau-Brunswick sera âgée de 65 ans ou plus. Un comité sénatorial estime que sans l’adoption d’une stratégie nationale sur le vieillissement, le Nouveau-Brunswick et les autres Provinces atlantiques seront forcés à prendre des décisions difficiles sur les services offerts à la population.

La proportion de la population de personnes âgées de 65 ans et plus au Nouveau-Brunswick a atteint 19,9%, en 2016, et des projections de Statistique Canada indiquent que ce taux haussera dans les prochaines décennies.

La situation est inquiétante si l’on considère qu’une personne âgée de plus de 65 ans coûte en moyenne 11 635$ par année au système de soins de santé, comparativement à 2663$ pour une personne âgée de 15 à 64 ans.

Percy Mockler, président du Comité sénatorial permanent des finances nationales, estime que si aucune intervention n’a lieu, le Nouveau-Brunswick et les autres provinces où le vieillissement est prononcé feront face à d’importants défis budgétaires.

Dans un rapport intitulé Soyons prêts: pour une nouvelle génération d’aînés actifs, son comité recommande entre autres une révision du système des transferts fédéraux afin de mieux tenir compte du vieillissement dans chaque province.

Lors d’une présentation devant le comité sénatorial, l’ancienne sénatrice Sharon Carstairs a expliqué que les fonds destinés aux personnes âgées sont calculés en fonction du nombre de personnes dans une province et non de l’âge de la population.

«Ainsi, l’Alberta, dont les personnes âgées ne représentent que 13% de la population, reçoit plus de financement par habitant que les provinces de l’Atlantique, dont la population âgée représente 20% de la population.»

Dans son témoignage devant le comité, Richard Saillant, auteur de Deux pays: Le Canada à l’ère du Grand déséquilibre démographique, a avancé que l’inaction mènera à une diminution de la qualité des services dans les provinces plus pauvres et plus vieilles.

«Une chose au moins est sûre: à moins de changements majeurs dans la façon dont la richesse est répartie à l’échelle du Canada, les provinces les plus pauvres où le vieillissement est le plus rapide ne seront pas en mesure de maintenir leurs très précieux programmes sociaux à des niveaux correspondants à ceux des autres provinces.»

Tout comme le taux de vieillissement varie d’une province à l’autre, il varie si l’on compare les villes du Nouveau-Brunswick. Une tendance se dégage: le nord du Nouveau-Brunswick est plus âgé que le sud.

Bathurst a le taux de vieillissement le plus élevé parmi les huit cités, 29% de sa population étant âgée de 65 ans ou plus. Elle est suivie de Campbellton (26%) et d’Edmundston (26%).

Dieppe a le plus faible pourcentage de population aînée, à 14%, devant Moncton et Fredericton, ex aequo à 18%.

Le vieillissement n’est pas unique au Nouveau-Brunswick et au Canada. À l’international, certaines populations européennes et asiatiques sont plus âgées.

Parmi les 35 pays de l’Organisation de coopération et de développement économique, le Canada occupe le 23e rang au chapitre du pourcentage de la population âgée de 65 ans et plus, à 17%. Le Japon occupe la tête du classement, à 26%, suivi de l’Italie (23%), de la Grèce (22%) et de l’Allemagne (21,5%).

Pierre-Carl Michaud, professeur titulaire du Département d’économie appliquée aux HEC de Montréal, suggère au gouvernement fédéral de s’inspirer de modèles utilisés ailleurs au monde.

«J’invite le comité à examiner l’assez bon travail des pays du nord de l’Europe: ils fournissent des soins de longue durée de qualité, de bonnes assurances et ils facilitent la transition des personnes âgées. Les pays qui s’en tirent bien ont souvent pris des mesures au cours des décennies antérieures, ayant prévu ce problème et ayant déjà mis en œuvre des politiques avant qu’il ne survienne.»

Au total, le comité de M. Mockler a émis quatre recommandations au gouvernement fédéral. En plus de la révision des transferts fédéraux, ils comprennent l’élaboration d’une stratégie visant à contrôler les dépenses en maintenant les services pour les personnes aînées, des mesures pour augmenter le taux de population active afin d’atténuer les conséquences néfastes du vieillissement et l’instauration d’initiatives visant à permettre aux personnes âgées de demeurer à domicile.

Pourcentage de la population âgée de 65 ans ou plus

Bathurst: 29%

Campbellton: 26%

Edmundston: 26%

Miramichi: 24%

Nouveau-Brunswick: 20%

Saint-Jean: 19%

Moncton: 18%

Fredericton: 18%

Canada: 17%

Dieppe: 14%

Source: Statistique Canada