Les murales de Moncton en mettent plein la vue!

Des peintres muralistes des quatre coins de la planète sont venus laisser leur marque à Moncton. Oeuvre après oeuvre, le Festival Inspire continue d’embellir la ville. Visite guidée des dernières créations.

L’artiste anglais Wasp Elder a commencé une murale colossale sur la résidence LaFrance de l’Université de Moncton. L’édifice de 11 étages mesure 41 mètres de hauteur. Wasp Elder y peindra Molly Muise, une Mi’kmaq qui a vécu en Nouvelle-Écosse. Ce projet de grande ampleur est né d’une initiative de la Fédération des étudiantes et des étudiants du campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM).

L’artiste Étien’ est venu de Grenoble en France pour éblouir Moncton de son talent. Cet immense geai bleu colore le coin des rues St. George et Bonaccord. Il tient dans son bec le couvercle d’une bombe de peinture. Un résultat bluffant!

Les marcheurs du parc riverain peuvent désormais admirer une tortue géante sur un mur du Starving Artist Cafe. L’artiste portugais Bordallo a assemblé une tonne de déchets pour créer cette fascinante sculpture murale. L’Alliance du bassin versant de la Petitcodiac a commandé l’oeuvre pour sensibiliser la population au déclin de la tortue des bois.

Venu du Mexique, Senkoe a donné de nouvelles couleurs à l’ancienne caserne de pompier du boulevard Assomption. Sa fresque représente Tlalocantecuhtli, le dieu aztèque de l’eau. Les lieux sont occupés par la coopérative La Bikery qui vient d’installer un robinet sur la façade pour permettre aux cyclistes et aux promeneurs de se rafraîchir.

La murale de WD (Wild Drawing), sur la rue Lutz, évoque elle aussi une divinité marine. L’artiste est resté discret sur la signification de son oeuvre. Originaire d’Indonésie, il se sert essentiellement d’un simple rouleau de peinture

Le Canadien Shantz a fait parler sa créativité pour transformer cet autobus. Le véhicule servira de quartier général mobile pour les organisateurs du festival Inspire. Il pourra aussi accueillir des disc jockey lors de concerts de musique électronique.

Vendredi, Jon Fox donnait les dernières touches à son oeuvre sur le mur du bureau de poste de la rue St. George. L’artiste de Moncton a réalisé une fresque de 50 pieds de long.