Fermeture d’un foyer de soins à Saint-André: le gouvernement blâmé

La propriétaire d’un foyer de soins spéciaux de la région de Grand-Sault blâme le ministère du Développement social qui serait en partie responsable de la fermeture prochaine de l’établissement.

April Roussie estime que le ministère n’a absolument rien fait pour empêcher la fermeture du foyer de soins qui est prévue le 20 octobre.

Située dans la communauté rurale de Saint-André, la Résidence du Bonheur est aux prises avec un important manque de financement et d’employés.

À peine 37 personnes résident actuellement au foyer soins, alors que l’endroit est doté d’une capacité d’accueil de 60 résidents.

«J’ai simplement demandé de l’aide. Avec seulement 37 résidents, le financement ne va pas, je ne peux même pas payer tous mes employés. Le gouvernement n’a pas offert son aide», déplore April Roussie.

Selon elle, le ministère du Développement social n’a pas daigné aider la Résidence du Bonheur à accueillir de nouveaux résidents et employés et à reprendre ses activités normales.

Toujours selon la propriétaire du foyer de soins spéciaux, ce sont les responsables régionaux du ministère du Développement social qui auraient décrété la date de fermeture de l’établissement.

«Vous voulez runner le show depuis longtemps, alors choisissez la date!», aurait lancé April Roussie à deux responsables du ministère venus la rencontrer, selon ses propres dires.

«Il est hors de question que je jette des résidents à la porte le 20 octobre s’il n’ont pas un endroit  où aller», ajoute celle-ci du même souffle.

Ce n’est pas la première fois que la propriétaire de la Résidence du Bonheur a maille à partir avec les responsables des enquêtes et de l’évaluation des besoins du ministère du Développement social.

Il y a un mois à peine, six employés du ministère, dont la responsable régionale des enquêtes se sont présentés à l’endroit afin d’y mener une investigation en bonne et due forme.

D’autres visites d’évaluation ont également eu lieu en janvier et février 2017.

«Les jugements portés par le ministère du Développement social nous ont causé beaucoup de problèmes, ça n’a pas aidé du tout», a pour sa part lancé Gina Thibeault, une employée de l’équipe de direction du foyer de soins.

«Le ministère du Développement social travaille en étroite collaboration avec les familles des résidents de la Résidence du Bonheur et prend le plus grand soin de la santé et du bien-être des aînés et des adultes avec un handicap. Nous aiderons les familles à trouver un logement permanent pour tous les résidents de la maison de soins spéciaux», a indiqué Anne Mooers, porte-parole gouvernementale.

Le ministère n’a pas tenu à répliquer aux propos de la direction de la Résidence du Bonheur qui l’accuse d’un manque d’appui et d’avoir contribué à la fermeture du foyer de soins spéciaux.

Malgré cette fermeture prévue, les activités se poursuivront dans l’imposant immeuble situé à Saint-André.

Loin de vouloir lancer la serviette, la propriétaire de l’endroit a indiqué vouloir transformer le foyer de soins en résidence privée pour personnes autonomes retraitées ou semi-retraitées.

D’importants travaux de rénovation seront alors effectués au cours des prochains mois, avant l’ouverture prévue quelque part en 2018.