Selon les données du recensement 2016 publiées mercredi, le poids de la population francophone s’est réduit légèrement dans la province au cours des cinq dernières années.

En 2016, 32,3% des Néo-Brunswickois avaient le français comme langue maternelle, contre 32,5% en 2011. La population de langue maternelle française est ainsi passée de 235 695 à 232 950 (-1,2%).

Kevin Arseneau, le président de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick, juge cette tendance «inquiétante».

«On n’est pas encore dans une situation précaire, mais il faut mettre les bouchées doubles et rester vigilant. Il y a un travail collectif à faire pour faire vivre la langue», dit-il.

«Il est temps que le gouvernement provincial adopte une politique familiale qui favorise les jeunes couples qui veulent avoir des enfants, incluant des services de garde abordables. Il doit aussi accentuer ses efforts pour atteindre ses cibles en matière d’immigration francophone.»

Kevin Arseneau craint les conséquences à long terme de cette perte de poids démographique.

«C’est aussi une perte de poids politique en termes de nombre de députés et de capacité d’influencer une élection, souligne le militant acadien. Quand la population baisse, les gouvernements peuvent utiliser ça pour couper des services. Au niveau de notre identité, ça réduit les chances des Acadiens et des Acadiennes d’utiliser leur langue à tous les jours.»

Faits saillants pour le Nouveau-Brunswick

Selon les chiffres du recensement, 8,5% des Néo-Brunswickois déclarent parler uniquement le français et 57,2% disent parler uniquement l’anglais. Le taux de bilinguisme, qui avait décliné au Nouveau-Brunswick de 2006 à 2011, a progressé. Il est passé de 33,2% en 2011 à 34% en 2016.

En revanche, la proportion de ceux qui disent parler le français à la maison est restée sensiblement la même (33,1%). Après l’anglais et le français, les langues les plus parlées au Nouveau-Brunswick sont l’arabe et le mandarin.

La population francophone de la Péninsule acadienne est passée de 66 875 en 2011 à 64 970 en 2016.

Dans un communiqué, la SANB observe que «la décroissance démographique dans les régions à forte densité francophone comme le Comté de Gloucester semble témoigner d’une réalité économique défavorable plutôt que d’une dévitalisation linguistique.»

À Dieppe, la part des unilingues anglophones a augmenté à 17,2% (+1 point de pourcentage). 74% des Dieppois parlent les deux langues et 8,6% maîtrisent seulement le français.

33,6% des habitants de Moncton parlent le français à la maison et 45,6% de la population maîtrise les deux langues officielles, 2,4% est unilingue francophone et 51,3% est unilingue anglophone.

À Bathurst, 62% des habitants parlent les deux langues officielles, 30,7% parlent uniquement l’anglais et 6,9% uniquement le français.

À Fredericton, 23,2% des résidents disent connaître les deux langues officielles, mais seulement 8,6% des habitants de la capitale parlent le français à la maison.

Le déclin du français se poursuit au Canada

Dans l’ensemble du Canada, la population de langue maternelle française est passée de 22% en 2011 à 21,3% en 2016 comparativement

«L’usage du français recule dans la sphère privée», indique Statistique Canada.

La langue de Molière est la langue d’usage à la maison pour 23,3% des Canadiens en 2016, comparativement à 23,8% en 2011.

L’organisme public explique cette tendance en raison du «contexte de forte immigration». Même l’anglais est en chute, alors que les langues tierces prennent du galon. 21,8% des Canadiens ont déclaré parler une autre langue que le français ou l’anglais à la maison en 2016, contre 20% en 2011.

Mais tout n’est pas sombre: le taux de bilinguisme français-anglais a atteint un nouveau sommet au Canada en passant de 17,5% en 2011 à 18% en 2016. Cette hausse est principalement attribuable à l’augmentation du nombre de personnes bilingues au Québec.

Au Canada hors Québec, la minorité de langue française est passée de 4% de la population en 2011 à 3,8% en 2016.

Le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA), Jean Johnson, refuse tout «alarmisme» ou «désespoir». En conférence de presse, il fait tout de même fait part de son inquiétude.

«Pour qu’on puisse continuer à parler de dualité linguistique dans 15, 20 ou 30 ans, il faut donner aujourd’hui un coup de barre majeur», lance-t-il.

«Il ne faut plus accepter qu’année après année, moins de 2% des immigrants à l’extérieur du Québec s’intègrent à la communauté francophone. On doit s’assurer que des services à la petite enfance en français existent partout où c’est nécessaire. On doit agir pour que nos jeunes puissent poursuivre leurs études en français après le secondaire sans quitter leur province.»

RECENSEMENT LES LANGUES IMMIGRANTES SONT EN FORTE CROISSANCE

Par contre, le taux de bilinguisme français-anglais a atteint un nouveau sommet au Canada en passant de 17,5% en 2011 à 18% en 2016.

RECENSEMENT TAUX DE BILINGUISME

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle