Bathurst propose la retraite à certains de ses employés pour faire des économies

Depuis ce printemps, la Ville de Bathurst incite les employés éligibles à prendre leur retraite.

Ce processus a été entamé en avril et il a été déterminé qu’environ 35 employés âgés de 55 ans et plus y étaient admissibles. La municipalité leur propose des incitatifs financiers.

«Ce genre de démarche de renouvellement de personnel se produit dans le contexte de moyennes et de grandes entreprises, la norme [étant] environ aux 15 ans. La Ville de Bathurst se retrouvait à ce stage dans le cycle», explique Luc Foulem, le porte-parole de la Municipalité.

Il précise ne pas être en mesure dans l’immédiat de dire le nombre d’employés qui ont accepté le forfait de retraite ni les économies que cela va occasionner, avant cet automne.

Le porte-parole de la Ville indique que le directeur général depuis plus de 25 ans, André Doucet, «a reçu une offre de retraite consistante avec cette démarche» et l’a acceptée.

Joint par l’Acadie Nouvelle, M. Doucet nuance qu’il s’agit d’une offre de départ, sans vouloir émettre plus de commentaires.

Alors que celui-ci officiait également en tant que trésorier, les fonctions seront à nouveau scindées.

«Ces deux fonctions comprennent des responsabilités exigeantes, alors nous croyons juste de rétablir deux postes distincts. Cela permettra à la personne qui assumera le poste de directeur municipal de se concentrer pleinement ses énergies et son leadership sur la nouvelle vision et philosophie de la Municipalité», a déclaré Paolo Fongemie, le maire de Bathurst, dans son communiqué en date du 14 juillet.

C’est l’ingénieur municipal, Todd Pettigrew, qui assure ce rôle. Le concours pour le prochain directeur se ferme le 1er septembre.

Le premier édile de cette cité de 11 897 habitants prône une plus grande collaboration régionale depuis sa campagne pour être maire. D’ailleurs, les élus de la région Chaleur sont tombés d’accord l’an dernier pour établir un office du tourisme. Il a vu le jour en février.

De plus, une étude doit être menée, possiblement d’ici la fin de l’année, pour évaluer la pertinence d’avoir une seule force policière dans la région.