Le gouvernement serre la vis aux prêteurs sur salaires

Le gouvernement provincial établit de nouvelles règles visant les sociétés de prêt sur salaire afin de mieux protéger les consommateurs.

Les nouvelles règles applicables aux sociétés de prêt sur salaire obligeront toute personne offrant, proposant ou accordant un prêt sur salaire au Nouveau-Brunswick à obtenir une licence auprès de la Commission des services financiers et des services aux consommateurs.

Les société de prêt sur salaire devront également communiquer le coût d’emprunt en fixant les taux et les frais maximaux exigibles et en prévoyant un droit de rétractation pour les consommateurs.

Le gouvernement précise que les structures réglementaires mises en œuvre sont semblables aux mesures applicables à l’industrie des sociétés de prêt sur salaire dans l’ensemble du pays.

«Après avoir consulté les intervenants et l’industrie, le gouvernement provincial a veillé au caractère raisonnable des taux imposés aux consommateurs tout en assurant la viabilité de l’industrie», peut-on lire dans un communiqué émis vendredi matin.

«Nous sommes encouragés de voir ces nouvelles mesures en matière de protection des consommateurs dans la province du Nouveau-Brunswick», a déclaré le président de Credit Counselling Services of Atlantic Canada, John Eisner.

«Tous les jours, nous constatons à quel point les consommateurs qui essaient de rompre le cycle des prêts sur salaire sont touchés. Imposer une limite en ce qui concerne les coûts, les frais, les sanctions et les montants empruntés constitue un pas dans la bonne direction, et nous allons continuer à offrir du soutien et des conseils pour que les consommateurs soient protégés.»

La Commission des services financiers et des services aux consommateurs s’occupera de l’application de ces nouvelles règles, qui entreront en vigueur en janvier 2018.

«Nous avons pour mandat de protéger les consommateurs au moyen de la réglementation et de la sensibilisation», a déclaré le directeur général de la commission, Rick Hancox.

«Certains consommateurs en difficulté financière cherchent à obtenir un crédit à court terme et peuvent être exposés à des pratiques de prêt abusives. Nous voulons veiller à ce que les consommateurs soient mieux informés quant au véritable coût de ces services et à ce qu’ils fassent appel aux services d’une société de prêt sur salaire titulaire d’un permis.»