Homard du détroit de Northumberland: un «prix tout à fait inacceptable»

L’Union des pêcheurs des Maritimes (UPM) est préoccupée par les prix «dérisoires» annoncés aux pêcheurs de homard du détroit de Northumberland.

Le prix du crustacé n’est habituellement pas connu avec certitude avant la deuxième semaine de pêche. Des représentants des usines de transformation et des acheteurs aux quais ont cependant fait savoir aux pêcheurs qu’ils ont l’intention d’offrir un prix de 4,25$ la livre pour le petit homard (canner) et 4,75$ pour le gros (market).

Cela représente une baisse de près de 2$ la livre en comparaison du prix obtenu par les pêcheurs du nord-est du Nouveau-Brunswick, au printemps.

«Ce prix offert est tout à fait inacceptable et des correctifs doivent être apportés immédiatement si les transformateurs veulent être pris au sérieux par les pêcheurs», peut-on lire dans un communiqué de l’UPM.

La principale explication offerte par les usines de transformation serait la remontée du dollar canadien au cours des trois derniers mois. Le Conseil canadien du homard, des transformateurs et des exportateurs ont affirmé au début de la semaine que la fluctuation du taux de change du dollar canadien contre le dollar américain depuis mai a fait tort à l’industrie.

L’UPM précise toutefois que la hausse d’environ 74 ¢US à 79 ¢US ne justifie pas une baisse du prix du homard de 2$ la livre.

«L’UPM s’explique fort mal comme un différentiel de 4 sous peut faire baisser aussi drastiquement le prix offert comparativement à ce qui se payait aux pêcheurs du printemps.»

L’union rappelle également que les pêcheurs ont augmenté la taille minimale du homard de 73 mm à 75 mm, ce qui doit produire de plus grands profits pour les usines de transformation.