Réduction de la limite légale du taux d’alcool au volant: un avocat craint le pire

L’idée d’Ottawa de réduire la limite légale du taux d’alcool au volant fait craindre le pire à un avocat de Moncton et à une propriétaire de bar de Tracadie.

L’avocat Wendell Maxwell a consacré sa carrière à défendre ceux qui se font prendre au volant avec un taux d’alcoolémie au-dessus de la limite permise.

Celui qui se fait appeler Doctor DUI (Docteur de la conduite sous l’influence) n’a pas manqué de réagir à la proposition du gouvernement fédéral qui songe à faire passer le taux maximal légal d’alcool pour la conduite de 80 mg à 50 mg par 100 ml de sang (0,08 à 0,05).

«À ce point-là, ils devraient tout simplement dire: “si tu as une seule goutte d’alcool dans le sang, tu es un criminel”», ironise-t-il.

«Après un seul verre de vin, une personne peut être au-dessus de 0,05. C’est peut-être trop pour effectuer une chirurgie à coeur ouvert, mais ça ne demande pas autant d’habiletés pour conduire une voiture. Je trouve ça difficile à croire.»

L’idée d’abaisser la limite d’alcool a été suggérée par la ministre canadienne de la Justice, Jody Wilson-Raybould. À son avis, de nouvelles recherches indiquent que le risque d’être impliqué dans un accident de la route mortel est trois fois plus élevé avec un taux d’alcoolémie de 0,08 et deux fois plus élevé à 0,05.

Selon Me Maxwell, cela va cependant à l’encontre des témoignages de la majorité des toxicologues qu’il a contre interrogés au cours des 30 dernières années.

L’avocat de Moncton craint la criminalisation d’un nombre grandissant d’individus si le gouvernement fédéral décide d’aller de l’avant avec les modifications proposées au Code criminel.

«Nous allons avoir des gens partout avec un casier judiciaire. Vous ne pouvez pas imaginer combien de personnes ont perdu leur emploi parce qu’elles ont été trouvées coupables de conduite en état d’ébriété. Ça frôle la folie.»

La propriétaire du Salon Bar Rodolph de Tracadie, Lise Basque-Duguay, craint quant à elle pour l’avenir de son établissement.

«Je trouve ça fou», déclare-t-elle d’entrée de jeu au sujet de la proposition d’Ottawa.

«Je pense que les gens vont avoir peur (de se faire prendre). Ils ont déjà assez peur. C’est ridicule.»

«J’ai des clients qui viennent seulement pour une bière et qui s’en vont, mais là ils n’auront même plus le droit de prendre une bière», déplore-t-elle.

Il s’agit à son avis d’une autre proposition des gouvernements qui va rendre la vie dure aux tenanciers comme l’interdiction de fumer à moins de 9 mètres des endroits publics décrétée par le gouvernement provincial en 2016.

«Nous avions une nouvelle terrasse sur laquelle les gens pouvaient boire et fumer. C’était beau. Mais quand ils ont passé la loi, la terrasse est tombée à l’eau.»

D’après Wendell Maxwell, les politiciens veulent avant tout plaire aux «groupes de lobbyistes» contre l’alcool au volant qui ont réussi à peindre ceux qui consomment «deux verres de vin au restaurant» avant de prendre leur voiture comme «les pires criminels du monde».

«Ils sont à la recherche de votes de toutes les façons qui peuvent les rendre populaires», dit-il.