Golfe du Saint-Laurent: des eaux d’une chaleur record

Un rapport du gouvernement fédéral révèle que des eaux au large des Maritimes étaient plus chaudes que la normale l’an dernier, atteignant parfois des températures record au bas du plateau néo-écossais et du golfe du Saint-Laurent.

Un scientifique de Pêches et Océans Canada, David Hebert, a déclaré que les températures dans certaines parties du plateau néo-écossais ont parfois augmenté de 3 degrés Celsius en 2016, et que les températures les plus hautes relevées dans le fond de la partie nord du golfe ont fracassé un record centenaire.

M. Hebert, qui a contribué au rapport fédéral, a indiqué que les eaux de certaines parties de la baie de Fundy ont également été trop chaudes, mais que les températures de l’océan près de Terre-Neuve-et-Labrador ont oscillé autour de la moyenne.

Il a affirmé que l’enquête océanique suggère un changement dans la distribution du plancton, une source essentielle de nourriture pour la vie marine, qui pourrait avoir des ramifications dans l’ensemble de l’écosystème.

David Hebert a dit que certains ont avancé que le déclin d’un certain type de plancton mangé par les baleines noires de l’Atlantique Nord dans le plateau néo-écossais – situé au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse – a pu influencer leurs habitudes de migration.

Les chercheurs ont remarqué une reprise récente de l’activité des baleines noires dans le golfe du Saint-Laurent, où dix de ces mammifères en voie d’extinction ont été trouvés morts depuis le début juin.

Hebert a affirmé qu’Ottawa a investi environ un million de dollars en équipement pour continuer à surveiller la situation dans les eaux de l’Atlantique. – La Presse canadienne