Fredericton s’apprête à confier la gestion du Programme extra-mural et de Télé-Soins au secteur privé.

Le ministre Victor Boudreau annoncera vendredi que le groupe Medavie, qui s’occupe déjà d’Ambulance NB, sera dorénavant responsable de l’extra-mural et de la ligne téléphonique 811.

Le regroupement doit permettre «d’améliorer les soins aux patients (avec) une meilleure coordination entre les différents professionnels de la santé», selon le ministre.

M. Boudreau promet que le projet ne provoquera «aucune perte d’emploi», notamment chez les infirmières du Programme extra-mural et les travailleurs paramédicaux d’Ambulance NB.

Les infirmières demeureront des employées de la partie III des services publics comme leurs consoeurs et confrères des hôpitaux, assure le ministre de la Santé.

Le conseil d’administration d’Ambulance NB sera dissous et un nouveau conseil verra le jour pour superviser la nouvelle entité gérée par Medavie à partir du 1er janvier.

Le groupe Medavie est un fournisseur de soins de santé privé sans but lucratif basé à Moncton. L’ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, Bernard Lord, en est le président-directeur général.

Le gouvernement provincial ne prévoit pas réaliser d’économies avec ce nouveau contrat.

«En réalité, ça va nous couter un peu (plus)», confie Victor Boudreau sans avancer de chiffre avant l’annonce.

«Ce n’est pas une question d’économies ou de couper des emplois. C’est vraiment pour améliorer l’accessibilité aux soins de santé primaire dans la communauté.»

Le projet est loin de faire l’unanimité dans la province. Alors que le gouvernement était encore à l’étape des négociations avec Medavie, de nombreux groupes ont signalé leur opposition au projet.

Le Parti progressiste-conservateur et le Parti vert sont contre le regroupement, tout comme le réseau de santé Vitalité, le Syndicat canadien de la fonction publique et Égalité santé en français.

Même la commissaire aux langues officielles, Katherine d’Entremont, a émis certaines réserves concernant la capacité de Medavie à servir ses clients dans les deux langues officielles considérant les «graves difficultés» d’Ambulance NB dans ce domaine.

Victor Boudreau affirme cependant avoir le soutien de la Société médicale du Nouveau-Brunswick et de l’Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick.

«Les professionnels de la santé nous disent que c’est une bonne initiative. Ils voient ça d’un bon oeil et nous disent que ça va améliorer l’accessibilité.»

Lors de son passage devant un comité du Sénat canadien, en mai, le PDG de Medavie avait présenté les grandes lignes du regroupement.

«Si on coordonnait mieux les services d’urgence, avec les services extramuraux et les services de Télé-Soins, on pourrait augmenter, pour une certaine population âgée, et même les autres, le nombre de visites à domicile d’au moins 10% à 15% dans les trois premières années et réduire le nombre de visites à l’hôpital dans la même proportion. C’est offrir un meilleur service à un coût réduit», avait confié Bernard Lord aux sénateurs.

«Nous pouvons prodiguer plus de soins là où les gens vivent. Nous pouvons réduire le nombre de transports non nécessaires de la maison à l’hôpital. Nous pouvons faire plus de suivis à domicile que dans un service de soins aigus», avait-il dit.

Le ministre de la Santé souhaite notamment que le Programme extra-mural adopte le système informatique mis en place par Medavie chez Ambulance NB.

«Au Programme extra-mural, tout se fait encore à la mitaine. Il y a certainement des améliorations qui vont se faire à ce niveau-là», avance M. Boudreau.

Il espère également que la ligne Télé-Soins deviendra plus «proactive».

«Présentement, on attend que le téléphone sonne, mais on pourrait faire des appels aux maisons aussi pour s’assurer que les gens sont corrects et qu’ils suivent les consignes des médecins.»

Victor Boudreau annoncera officiellement ces changements lors d’une conférence de presse au centre-ville de Moncton, vendredi après-midi, en compagnie de la députée Monique LeBlanc.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle