Campbellton autorisera-t-elle la venue de danseurs exotiques?

Une troupe de danseurs du célèbre 281 de Montréal pourraient bientôt faire escale dans un bar de Campbellton… si toutefois le conseil municipal le permet.

Afin de répondre aux demandes de sa clientèle féminine, les propriétaires d’un bar de Campbellton aimeraient présenter un spectacle mettant en vedette des danseurs exotiques professionnels. Le hic, c’est que ce type de spectacle entre en conflit avec un arrêté municipal de la Ville.

Samantha et Christianne Dufour sont les nouvelles propriétaires du bar Old Brass Rail de Campbellton, anciennement le Real Bar et le Brass Rail. Dans leur désir de faire croître leur clientèle, celles-ci ont cru bon présenter un spectacle mettant en scène quelques danseurs du club 281 de Montréal en tournée dans l’est.

«Ce serait un spectacle exotique sur scène seulement, sans nudité intégrale ni danse contact ou privée. Les danseurs sont des professionnels, ils connaissent les limites de ce qu’ils peuvent et ne peuvent faire ici», a expliqué aux membres du conseil Samantha Dufour.

Selon celle-ci, ce type de spectacles est très populaire ailleurs et attire malheureusement la clientèle locale vers l’extérieur.

«Beaucoup de femmes d’ici et des alentours nous ont laissés savoir qu’elles seraient intéressées à participer à une telle soirée ici, une soirée strictement pour les filles. À l’heure actuelle, si elles veulent le faire, elles doivent aller à l’extérieur de la région comme Rimouski, Moncton, Québec ou Montréal», a poursuivi l’entrepreneure.

Les nouvelles propriétaires ont ainsi demandé au conseil municipal de l’endroit la permission de tenir cette soirée spéciale puisqu’un arrêté vieux d’une trentaine d’années ne permettrait pas ce type de spectacles publics impliquant des danseurs/danseuses exotiques.

Au Nouveau-Brunswick, la présentation de spectacles du genre – qui implique une certaine nudité (non intégrale toutefois) est permise, mais demeure assujettie à une réglementation stricte comprise avec l’achat d’une licence de divertissement exotique. Celle-ci réglemente aussi bien le lieu (l’endroit doit comporter des loges, la scène doit être dûment délimitée, les clients se trouver à moins de deux mètres de celle-ci, etc.) que la prestation elle-même (les parties génitales doivent être cachées, les contacts physiques sont interdits, les exécutants doivent être complètement habillés à leur retour dans l’établissement, etc.).

Certaines localités ont toutefois leur propre arrêté municipal en la matière, question de gérer la prolifération de ce type de divertissements.

La soirée proposée par le Old Brass Rail doit avoir lieu le 4 novembre, la seule disponibilité actuelle au calendrier de la tournée de la troupe du 281. La nature du projet proposé n’a pas semblé déplaire ou choquer les membres du conseil. Cela dit, on se questionne sur sa faisabilité et, surtout, sur le délai qui risque de se produire sur le conseil s’il doit amender un arrêté.

Le conseil a décidé d’effectuer quelques recherches supplémentaires avant de prendre une décision, question de vérifier quelles sont les parties de son règlement qui entre en conflit avec la présentation de ce spectacle.

«On doit effectuer quelques vérifications, car on fait référence à un vieux règlement et nous ne sommes pas certains ce qu’il permet et ne permet pas», avoue la mairesse, Stéphanie Anglehart-Paulin.