Privatisation du Programme extra-mural: le nouveau ministre ne reculera pas

La période de réflexion que s’était accordée le nouveau ministre de la Santé dans le dossier de la privatisation de la gestion des programmes extramural et Télé-Soins ne s’est finalement pas éternisée.

Ceux qui espéraient un changement de direction dans ce dossier seront déçus d’apprendre que le ministre Benoît Bourque a rapidement ajusté son discours à celui de son prédécesseur, Victor Boudreau. Moins de deux semaines après sa nomination au cabinet, il recommande lui aussi de confier la gestion du service du Programme extra-mural et de Télé-Soins (ligne téléphonique médicale 811) à la compagnie Médavie.

Le ministre Bourque est arrivé en poste quelques jours à peine après l’annonce d’une entente entre la compagnie et le gouvernement. Il a du coup hérité d’un climat passablement tendu. Ce dossier est loin de faire l’unanimité auprès de nombreuses organisations parmi lesquelles le Réseau de santé Vitalité lui-même. Avant de se prononcer publiquement sur cet enjeu, le ministre désirait par contre prendre un peu de temps pour bien approfondir le dossier.

«C’est une bonne décision, mais en raison du remaniement, nous n’avons pas pu l’expliquer aussi bien que nous l’aurions souhaité à la population», admet-il avec le recul nécessaire.

L’objectif de la transaction vise, selon lui, à améliorer l’efficacité des programmes afin de mieux répondre aux besoins des clients tout en diminuant la pression sur les urgences des hôpitaux de la province.

La compagnie Médavie gère déjà, rappelons-le, le service d’Ambulance NB. Selon le ministre, c’est d’ailleurs la présence de ce programme (Ambulance NB) qui rend encore plus attrayant l’ajout du Programme extra-mural et de Télé-Soins à la gamme de services.

«Ce sont trois services importants ayant comme point commun l’aide à domicile», précise-t-il.

«On parle de trois organisations qui – tout en conservant leur identité propre – cesseront de travailler en silo, chacune de leur côté, sans se parler. On veut les faire interagir d’une manière plus dynamique afin d’améliorer l’offre aux patients. Le but est d’augmenter le service et sa qualité afin de répondre aux besoins de notre population qui, faut-il le rappeler, est vieillissante», exprime M. Bourque.

Un exemple concret de ces futurs services intégrés: un ambulancier en attente d’un appel d’urgence pourrait dorénavant être appelé à visiter à domicile un patient de l’extra-mural ayant contacté Télé-Soins, question de préciser un diagnostic et conseiller le patient.

Tout ça ne pourrait-il pas se faire sous l’égide des gestionnaires actuels du programme, les Réseaux de santé Vitalité et Horizon? Selon le ministre, l’entreprise a fait ses preuves.

«Médavie a fait un excellent travail avec Ambulance NB. Elle a démontré sa grande capacité de gestion. On est convaincu que l’ajout des autres programmes aura des répercussions positives», indique-t-il.

Cette réorganisation doit avoir lieu dès le 1er janvier 2018. L’entreprise s’occupera de la gestion alors que le ministère de la Santé continuera de planifier, de financer et d’assurer le suivi des services en fixant des normes et des attentes en matière de rendement.

À ceux qui voient d’un mauvais œil cette intrusion du secteur privé à l’intérieur de ces services publics, le ministre se fait rassurant.

«On ne parle ici que de la gestion de ces services. Tous les effectifs demeurent en place. Les postes demeurent syndiqués et les bénéfices restent également, il n’y a rien qui change à ce niveau. Ce que l’on veut, c’est que tous ces services interagissent mieux à l’avenir», indique le ministre qui croit que l’on doit donner la chance au coureur.

«Quand on parle de changements, on pense souvent plus à ce que l’on risque de perdre que ce que l’on risque de gagner. C’est la nature humaine. Je suis convaincu que lorsque la population néo-brunswickoise comprendra ce que l’on est en train de faire, elle va voir tout le bien-fondé de nos décisions.»