La cathédrale du Sacré-Coeur de Bathurst se refait une beauté

La cathédrale du Sacré-Coeur, située à Bathurst, qui est plus que centenaire, se refait une beauté, grâce à la générosité des diocésains, mais aussi de la manne de la Chasse à l’as de Lamèque.

La toiture de ce lieu de culte en pierres, dans laquelle la première messe a été célébrée en 1886, est en train de se faire remplacer. Cette dépense dépassant le budget, le comité paroissial a décidé, cet été, de faire appel à la générosité des paroissiens. Des activités ont également été organisées dans ce but.

Les dons et les recettes ont presque atteint 40 000 $, ce qui était l’objectif. Cependant, la cagnotte de 6,5 millions $ de la paroisse Saint-Pierre, amassée lors de la Chasse à l’as qui a tenu toute la région en haleine pendant six mois, a permis d’être plus sélectif sur le matériel et de rajeunir l’intérieur..

«Au début, nous voulions juste changer le toit en bardeaux d’asphalte, ce qui coûtait environ 39 000$. Finalement, nous aurons une toiture en métal grâce aux tirages de l’as de cœur de Lamèque qui payeront pour la différence. C’est un matériel qui est beaucoup plus cher, mais plus de qualité et durable», explique le père Wesley Wade, curé de la paroisse.

«Le père Patrick (McGraw) et son équipe nous ont offert cela et c’est gentil de leur part. Grâce à cela, nous pourrons aussi peinturer l’intérieur de la cathédrale et changer les tuiles», a-t-il précisé.

Acadie Nouvelle: Béatrice Seymou

Depuis plusieurs semaines, les célébrations se déroulent dans le sous-sol de l’église, pour cette raison. Le père Wade s’attend à ce que les travaux soient exécutés à temps pour la messe de Noël, dans la mesure du possible.

La cathédrale du Sacré-Cœur, qui dessert les deux communautés linguistiques, représente un joyau liturgique et patrimonial dans la région Chaleur. C’est l’Église-mère du diocèse de Bathurst, dans laquelle les évêques sont ordonnés.

Malgré ses 130 ans, elle est assez bien conservée. Les autorités paroissiales ont régulièrement effectué des rénovations pour éviter qu’elle ne tombe en décrépitude.

Les joints des pierres ont notamment été scellés l’an dernier, étant donné que de l’eau s’infiltrait dans l’église.