Trafic de cocaïne: un couple de Dieppe attend le verdict du jury

Luc LeBlanc et Michelle LeBlanc ont-ils comploté pour importer plus de 500 000$ de cocaïne au Canada? Les jurés devront trancher.

Les 12 jurés seront séquestrés à partir de mardi matin et rendront leur verdict après avoir délibéré.

Le procès devant juge et jury dure depuis sept semaines au palais de justice de Moncton. Vendredi, la Couronne et l’avocat de la défense ont présenté leurs derniers arguments.

Luc LeBlanc, ancien copropriétaire du bar Old Cosmo, et sa femme Michelle LeBlanc, sont accusés d’avoir comploté avec Anthony Knockwood et Heather Keirstead, un couple de Sackville.

M. Knockwood et Mlle Keirstead ont été arrêtés à la frontière du Mexique le 21 janvier 2013 à bord d’un véhicule récréatif. Près de 16 kg de cocaïne, d’une valeur de 508 000$, ont été saisis par le service américain des douanes et de la protection des frontières.

Heather Keirstead a d’abord témoigné contre son conjoint et aucune charge n’a été déposée contre elle. Elle a par la suite changé sa version des faits en expliquant que les LeBlanc étaient impliqués.

M. Knockwood a plaidé coupable et a été condamné par la justice américaine à cinq ans et dix mois derrière les barreaux. Il a vu sa peine réduite à trois ans et un mois pour avoir coopéré avec la GRC.

Les deux conspirateurs non accusés ont témoigné lors du procès. M. Knockwood a raconté comment Luc LeBlanc lui aurait offert 10 000$ pour conduire le véhicule au Mexique et ramener la drogue au Nouveau-Brunswick.

Il a ensuite affirmé que lui et Luc LeBlanc ont déterré un sac contenant de la cocaïne dans le désert au sud de Matamoros.

Vendredi, le procureur Bernard Roux a tenté de prouver que Luc LeBlanc est bien celui qui a organisé l’expédition.

Il cite, preuves à l’appui, les multiples voyages au Mexique de M. LeBlanc, d’importants transferts d’argent destinés à un certain Leon Corsez, résident du Mexique, et le fait que M. LeBlanc parle couramment espagnol.

Le procureur a rappelé que M. Knockwood a envoyé des messages texte à M. LeBlanc pour l’informer qu’il avait traversé la frontière mexicaine. La GRC a également photographié le véhicule devant la résidence des LeBlanc.

Bernard Roux souligne qu’Anthony Knockwood a dû se procurer un passeport peu avant le voyage.

«C’est cohérent avec le fait qu’il venait juste d’être embauché, dit-il. Il n’avait même pas de passeport, est-ce que ça soutient le fait qu’il était celui qui a planifié tout ça?»

Il affirme que Michelle LeBlanc a joué le rôle de complice dans cette affaire.

«Elle a aidé à préparer le véhicule récréatif, elle était au Mexique quand la drogue a été récupérée, elle contribué à la cacher. Vous devez maintenant décider si ce sont des preuves circonstancielles pour croire qu’elle faisait partie de ce trafic.»

L’avocat de Luc LeBlanc, Nathan Gorham, a ensuite tenté de mettre en doute l’honnêteté des deux témoins clefs.

«Étant donné tous les mensonges qu’ils ont racontés, non coupable est le seul verdict exact», a-t-il lancé aux jurés.

Il estime qu’Anthony Knockwood et Heather Keirstead ont mis en cause les LeBlanc pour échapper à la justice.

«Leur version des faits a changé parce qu’ils ont compris que la seule chose qui les ferait sortir de prison serait de blâmer quelqu’un d’autre», avance Me Gorham.

Plusieurs allégations ne reposent que sur les témoignages de M. Knockwood and Mme Keirstead, ajoute l’avocat.

Selon lui, la Couronne n’a fourni aucune autre preuve sur certains points essentiels, notamment le fait que M. LeBlanc a embauché Anthony Knockwood, ou que M. LeBlanc l’a effectivement accompagné au milieu du désert.

Les LeBlanc ont assisté à l’audience, impassibles. Luc LeBlanc purge actuellement une peine de prison en lien avec une autre affaire de trafic de drogues tandis que sa femme est en liberté conditionnelle.