Danseurs érotiques: Campbellton préfère ne pas réviser son arrêté

La Ville de Campbellton n’a pas l’intention de réviser son arrêté municipal portant sur les spectacles mettant en scène des danseuses ou des danseurs nus ou partiellement nus.

Le conseil municipal a clos le débat et n’a pas l’intention de l’ouvrir de sitôt. Les danseuses et danseurs nus sont ainsi priés de garder leurs vêtements sur scène.

S’il se disait ouvert au départ, le conseil a visiblement changé son fusil d’épaule au cours des dernières semaines. Selon la mairesse de l’endroit, Stéphanie Anglehart-Paulin, la seule idée que ce genre de spectacles puissent être permis dans la municipalité a créé une vague de mécontentement au sein de la population.

«On a reçu plusieurs lettres de gens – et même de congrégations religieuses – fortement opposés à cette possibilité. À l’inverse, on ne se bouscule pas à notre porte pour que l’on change notre arrêté», indique-t-elle, notant que le dossier est maintenant relégué aux oubliettes et qu’il ne sera certes pas soulevé de nouveau par le conseil.

On se souviendra que la question avait été soulevée lors de la réunion publique de septembre dernier. Les propriétaires d’un bar local, le Old Brass Rail, avaient alors approché la Ville afin que l’on autorise la présentation d’un spectacle dit «pour femmes» qui mettrait en vedette des danseurs.

Elles avaient prévu avoir recours à une troupe de danseurs embauchée d’une agence québécoise – et non du Club 281 tel qu’elles l’avaient affirmé au départ –, le temps d’une soirée au début novembre à leur établissement de Campbellton. Selon elles, le projet ne prévoyait aucune nudité, les danseurs devant conserver leur sous-vêtement durant leur performance.Toutefois, un arrêté municipal datant de la fin des années 1990 empêche la tenue de tels événements, et ce, même si le spectacle ne comporte pas de nudité intégrale.

Trop prude Campbellton?

«Notre population est plus vieille que jeune, c’est un fait et le message que j’entends, c’est qu’on n’a pas besoin de ça ici. On ne peut pas l’ignorer. C’est dommage dans le sens qu’on donne l’impression de faire du sur-place, d’être contre le changement, mais en même temps, ce sont des opinions importantes provenant de notre population et nous devons les prendre en considération», poursuit la mairesse.

L’une des copropriétaires du Old Brass Rail, Samantha Dufour, a par ailleurs confirmé que le projet de faire venir des danseurs à l’intérieur de son établissement était actuellement sur la glace pour une période indéterminée.

Selon un conseiller de Campbellton par contre, les danseurs viendraient bien visiter la région prochainement, mais du côté  de la communauté voisine de Listuguj (au Québec) où la réglementation est moins stricte dans le domaine.

«Si c’est le cas et que c’est permis à Listuguj, c’est bien correct comme ça. Les gens qui voudront y aller pour le faire, c’est juste à côté», indique la mairesse, notant que les danseurs seront alors bienvenus en ville… pour y passer la nuit et non pour danser.