Un orignal accueille les touristes à Kedgwick

Depuis vendredi, un orignal veille en permanence à l’entrée de la Communauté rurale de Kedgwick.

Saint-Quentin a sa feuille d’érable, Campbellton son saumon et Shediac son homard. Et bien, Kedgwick a désormais son monument distinctif à côté duquel les touristes pourront se faire tirer le portrait: un orignal grandeur nature.

La bête a, pour le moment, élu domicile sur le terrain de la halte routière, un endroit déjà fréquenté par les touristes.

«On vient de le recevoir. On l’a mis à cet endroit en attendant d’avoir l’avis des gens à savoir où serait l’emplacement idéal, mais à première vue ce semble être un bon choix puisque les curieux sont vraiment nombreux à arrêter le voir», explique la mairesse de l’endroit, Janice Savoie.

L’initiative revient au conseil municipal. Il se veut, en quelque sorte, un clin d’œil à cette bête que l’on retrouve en abondance dans le secteur et dont la chasse se veut une véritable religion.

«Durant la période de la chasse, la municipalité se vide pratiquement au complet, tout le monde part en forêt. C’est donc une activité très importante pour nous, comme pour plusieurs autres communautés du nord de la province. À nos yeux, on ne pouvait avoir meilleur ambassadeur à l’entrée du village», ajoute la mairesse.

La statue a coûté environ 4000$. La moitié de cette somme a d’ailleurs été amassée par le conseil lors – justement – de la dernière chasse à l’orignal alors qu’une équipe de bénévoles a participé à l’enregistrement des prises.

«C’est la deuxième fois que nous avons ce service ici et nous voulons le garder. Comme nous n’avions pas d’organisme prêt à effectuer du bénévolat cette année, on a monté notre propre équipe à la municipalité et on a enregistré les orignaux pendant toute la durée de la chasse, soit un total de 157 bêtes. L’activité ne rapporte pas énormément, mais il y a quand même un petit montant qui revient à ceux qui l’organisent. Les fonds que nous avons amassés ont donc été consacrés à l’achat de l’orignal», indique Mme Savoie.

La mairesse ajoute que le reste de l’argent nécessaire pour l’achat de l’orignal a été avancé par la municipalité elle-même.

«Ce n’est pas un investissement énorme pour ce que ça va rapporter. Les citoyens l’apprécient déjà beaucoup. C’est un bel emblème pour notre village», mentionne la mairesse, qui entend proposer à nouveau le service d’enregistrement des orignaux l’an prochain.

L’orignal a été conçu par un artisan de Sainte-Eulalie, au Québec. Fabriqué en fibre de verre, la bête est passablement robuste et devrait être sur pied pendant de très nombreuses années.

L’histoire ne dit pas par contre si le conseil entend le cacher ou encore le couvrir d’une veste orange lors de la prochaine saison de chasse… car force est d’admettre que celui-ci possède quand même tout un panache!