Un Néo-Brunswickois détenu en Afghanistan depuis cinq ans est libéré

Un Néo-Brunswickois, sa femme américaine et leurs trois enfants nés en captivité sont finalement libres, au terme de plusieurs années de captivité entre les mains d’un groupe relié aux talibans.

Des représentants américains ont dit que des dirigeants pakistanais ont obtenu la libération de Joshua Doyle et de sa femme Caitlan Coleman. Le couple avait été kidnappé il y a cinq ans, lors d’un voyage en Afghanistan, et a eu trois enfants pendant sa captivité. Mme Coleman était déjà enceinte au moment de leur enlèvement.

M. Doyle et sa famille étaient détenus par le réseau Haqqani.

On ne sait pas où se trouve actuellement la famille et les responsables n’ont pas voulu dire quand elle rentrera en Amérique du Nord.

Joshua Doyle est originaire de l’Ontario, mais il avait déménagé à Perth-Andover, au Nouveau-Brunswick en 2010. Ses parents sont très heureux de savoir que leur famille est maintenant en sécurité.

«Nous avons reçu un appel à environ 1h ce matin nous disant qu’ils seraient ici dans cinq minutes et ils nous ont dit que notre merveilleuse famille a été secourue. Vingt minutes plus tard, nous avons été en mesure de parler avec Joshua. Pour la première fois en cinq ans, nous avons pu entendre sa voix. C’était fantastique. Il nous a dit qu’il avait hâte que ses enfants puissent rencontrer leurs grands-parents et qu’il allait nous voir dans quelques jours», a confié Linda Doyle dans une entrevue avec le Toronto Star sur YouTube.

«Nous voulons remercier les gouvernements américain et afghan tout comme notre équipe canadienne. Plus précisément, nous avons communiqué au haut commissionnaire pour le Pakistan au Canada notre gratitude pour le courage dont ont fait preuve les soldats pakistanais qui ont risqué leur vie pour libérer nos cinq membres de notre famille», a ajouté le père, Patrick Doyle.

Les États-Unis ont fréquemment critiqué le Pakistan pour sa tolérance envers le Haqqani. Un responsable de la sécurité nationale américaine a toutefois souligné, sous le couvert de l’anonymat, la collaboration des autorités pakistanaises dans cette affaire.

L’armée pakistanaise a expliqué par voie de communiqué que les renseignements américains suivaient la trace des otages, ce qui leur a révélé que la famille était entrée sur le territoire pakistanais le 11 octobre par le biais des régions tribales le long de la frontière avec l’Afghanistan.

M. Boyle avait communiqué avec sa belle-famille par internet le 8 octobre 2012 pour leur dire que sa femme et lui se trouvaient dans une région «non sécuritaire» de l’Afghanistan. Le couple avait ensuite été vu, en 2013, dans deux vidéos dans lesquelles il demandait aux États-Unis de négocier sa libération.

Les parents de Mme Boyle avaient reçu une lettre d’elle en novembre 2015. Elle leur annonçait alors la naissance de son deuxième enfant en captivité.

Les États-Unis considèrent que le réseau Haqqani est une organisation terroriste, mais le groupe trempe aussi dans plusieurs activités criminelles. Contrairement à Daech (le groupe armé État islamique), il n’exécute que très rarement ses otages occidentaux, préférant plutôt obtenir une rançon.