Un drone scrute la rivière Madawaska

La Société d’aménagement de la rivière Madawaska a fait appel à un drone afin d’effectuer un suivi thermal de la rivière.

Par ce geste, l’organisme espère enrichir la base de données du cours d’eau.

Un drone UAV (Unmanned Aerial Vehicle) a survolé une partie de la rivière Madawaska mercredi et jeudi, tout en prenant des images infrarouges du cours d’eau.

«Le drone survole la rivière à 400 pieds de hauteur en faisant plusieurs aller-retour», a précisé Francis Lortie, de la Société d’aménagement de la rivière Madawaska. «On veut réussir à amasser le plus de données possible. On veut connaitre les zones chaudes qui sont plus problématiques et protéger les zones froides», d’ajouter le biologiste.

Selon l’organisme, les zones d’eau chaude peuvent être problématiques pour l’environnement de la rivière en raison de la prolifération d’algues et de bactéries. À l’inverse, les zones plus froides sont d’une importance capitale pour la santé de la faune et la flore.

Ce suivi thermal de la rivière Madawaska, de la frontière du Québec jusqu’au barrage hydroélectrique du Petit-Sault, se poursuivra au cours des prochains jours.

Le drone utilisé pour les opérations de repérages est fourni et piloté par Hawkeye Drone Services, une entreprise de Fredericton spécialisée dans l’imagerie aérienne partout en Atlantique.

«Une fois les données collectées, nos connaissances sur la rivière seront meilleures. Ça nous permettra de prendre de bonnes décisions lors de projets futurs», a expliqué Francis Lortie.

C’est la première fois que la Société d’aménagement de la rivière Madawaska fera appel à des images thermales et à un drone pour analyser le cours d’eau.

L’organisme utilisait auparavant des sondes afin d’analyser la température de la rivière.