L’ancien maire de Campbellton, Bruce MacIntosh, succombe à une crise cardiaque

L’ancien maire de Campbellton, Bruce MacIntosh, a rendu l’âme au cours de la fin de semaine. L’ex-politicien de 73 ans, qui souffrait depuis quelques années de problèmes respiratoires, a finalement succombé à une crise cardiaque dimanche matin.

L’actuelle mairesse de Campbellton, Stéphanie Anglehart-Paulin a été mise au courant dimanche du décès de son ancien maire, cette dernière ayant été conseillère au sein de son équipe de 2008 à 2012.

«C’est vraiment une perte énorme pour notre communauté», a-t-elle commenté, visiblement ébranlée par la nouvelle.

Même s’ils étaient adversaires lors de la dernière élection municipale, Stéphanie Anglehart-Paulin dit avoir toujours gardé M. MacIntosh en très haute estime.

«J’ai toujours voté pour lui, sauf lorsque je me suis moi-même présentée au poste de maire. J’ai toujours eu un grand respect pour ses idées, pour son jugement. Il n’était d’ailleurs pas rare qu’on le contacte encore en cachette pour avoir son opinion sur certains dossiers. On avait une très bonne relation lui et moi», confie-t-elle.
Sans être un mentor à proprement parler, M. MacInstosh aura néanmoins été une inspiration pour la mairesse.

«On savait qu’il n’allait pas très bien depuis un moment, qu’il devait respirer à l’aide d’une bonbonne d’oxygène. Malgré tout, l’annonce de son décès demeure un choc immense. Il laisse derrière lui tout un héritage. Sans lui, sans sa gestion, les dernières dix années auraient été pénibles à Campbellton», dit-elle.

Bruce MacIntosh a tenu les rênes de sa ville pendant 22 ans, dont un terme de quatre mandats consécutifs réalisés entre 1986 et 1998.

On lui attribue de nombreuses réalisations pour Campbellton dont la concrétisation du Centre civique. Plus récemment, lui et son équipe avaient entrepris de revamper et développé le secteur riverain, un projet qui a culminé avec la réalisation du Centre d’expérience de la rivière Restigouche et du camping pour VR qui y est adjacent.

Député de Campbellton-Dalhousie, Donald Arseneault a côtoyé M. MacIntosh pendant plusieurs années. Il se souvient de lui comme d’un maire acharné qui ne lâchait pas prise facilement.

«Il a été un très grand ambassadeur non seulement pour sa ville, mais pour tout le nord du Nouveau-Brunswick. Il avait son coin de pays de tatoué sur le cœur, et gare à ceux qui en parlaient en mal. Il était très tenace et travaillait fort en coulisse. On le voyait régulièrement à Fredericton afin de faire avancer ses dossiers et c’était difficile de lui dire non», indique le député.

Les relations entre l’ancien maire de Campbellton et son homologue d’Atholville n’ont pas toujours été des plus harmonieuses puisque des divergences d’opinions existaient. Qu’à cela ne tienne, Michel Soucy a toujours tenu son confrère en haute estime.

Également président de la Commission de services régionaux, M. Soucy a eu à siéger à de nombreuses reprises avec
M. MacIntosh qui, de son côté, a occupé le poste de président du Forum des maires du Restigouche.

«C’était quelqu’un de fonceur qui travaillait excessivement fort pour le bien de sa municipalité. Il voulait voir sa ville se développer et c’est tout à son honneur. Mais au-delà de sa communauté, il avait aussi une vision régionale. Il a, par exemple, été un grand défenseur de l’aéroport de Charlo. Il a aussi été très critique des services de soins de santé, n’hésitant jamais à dénoncer haut et fort toute perte de services pour la région. Le Restigouche lui doit une fière chandelle, car il voulait vraiment voir la région grandir», dit M. Soucy.

Les détails des funérailles n’étaient pas disponibles au moment de mettre sous presse.