Les enseignants se rallient à la cause d’Égalité Santé en français

L’Association des enseignantes et enseignants francophones du Nouveau-Brunswick (AEFNB) financera en partie la poursuite engagée contre la province pour contrecarrer la privatisation de services de santé.

L’association versera 30 000$ à Égalité Santé en français pour soutenir l’action juridique entreprise par l’organisme. La dépense a été approuvée par son conseil d’administration.

«L’AEFNB estime que la communauté francophone mérite la pleine gestion de son système public de santé comme celui de l’éducation, souligne la présidente, Lucie Martin.

«Il est temps que le gouvernement cesse de couper et de privatiser les services publics et de mettre en péril les services en français dans la province.»

Entamée en juin, l’action judiciaire contre le gouvernement du Nouveau-Brunswick réclame entre autres la fin de l’ingérence du ministre de la Santé dans la gestion du réseau de santé Vitalité, ainsi que la reconnaissance du droit de la communauté francophone à des institutions de santé distinctes.

Le Dr Hubert Dupuis, porte-parole d’Égalité Santé en français, espère continuer de rallier d’autres organisations à la cause. Il souhaite ainsi faire du débat de la privatisation un enjeu électoral en vue des prochaines élections provinciales.

«Nous revendiquons le droit pour notre communauté acadienne et francophone à la pleine et entière gestion et la gouvernance de nos institutions de santé, de nos services hospitaliers et l’égalité réelle de services de soins de santé entre les deux communautés linguistiques.»

La poursuite en est au stade des enquêtes préliminaires. Au cours des prochaines semaines, Égalité Santé en français tentera d’obtenir de nouveaux appuis financiers pour poursuivre ses démarches judiciaires.

Les représentants de plusieurs autres organismes se sont déjà positionnés en faveur de la poursuite. Certains étaient présents à la conférence de presse, lundi matin à Moncton.

Parmi eux, l’Association francophone des aînés du N.-B., l’association francophone des parents du N.-B., la Fédération des étudiants et étudiantes du centre universitaire de Moncton, la Société de l’Acadie du N.-B. ou encore le Conseil des médecins et dentistes du CHU-Dumont.