Donald Arseneault mettra bientôt fin à sa carrière politique afin de conserver son deuxième emploi.

Le député de Campbellton-Dalhousie a annoncé, vendredi matin, qu’il quittera la politique active le 30 novembre.

M. Arseneault continuera à siéger à titre de député du Parti libéral d’ici là, mais il ne participera pas aux activités du caucus.

Cette décision fait suite à l’ultimatum que lui avait posé son chef, le premier ministre Brian Gallant.

M. Arseneault a récemment décroché un emploi au sein d’un syndicat national à Ottawa, ce qui a provoqué une vague d’allégation de conflit d’intérêts à l’endroit de celui qui était encore récemment ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail.

Jeudi, M. Gallant a indiqué qu’il avait demandé à Donald Arseneault de choisir entre son poste de député libéral et son nouvel emploi de lobbyiste.

Donald Arseneault a indiqué en point de presse qu’il ne voulait pas être «une distraction pour (son) gouvernement et les enjeux importants qui se passent dans (la) province.»

«Depuis la semaine dernière, l’opposition ne lâche pas prise sur un dossier sur lequel nous avons tous notre propre opinion», a-t-il dit.

«Cette Assemblée doit débattre des soins de santé, de l’éducation et de l’économie. C’est ça qui est important pour les Néo-Brunswickois, pas l’emploi de Donald Arseneault.»

M. Arseneault avait déjà annoncé en septembre qu’il ne solliciterait pas de nouveau mandat l’année prochaine. Il avait cependant signalé son intention de terminer son mandat.

Il a répété vendredi qu’à son avis il n’avait pas enfreint la loi sur les conflits d’intérêts des députés, mais que la loi avait besoin d’être clarifiée.

«C’est sûr qu’il y a des gens qui n’aime plus la loi, qui aimeraient qu’il y ait des changements à la loi et c’est correct.»

Brian Gallant avait déclaré jeudi qu’il y avait «certainement une apparence de conflit d’intérêts» entre les responsabilités de Donald Arseneault à titre de député et son nouvel emploi de directeur des relations gouvernementales au sein des Syndicats des métiers de la construction du Canada (SMCC) «où il semble avoir des responsabilités de lobbyiste».

La loi actuelle interdit aux députés de se placer en conflit d’intérêts en faisant du lobbying, mais ne dit rien sur l’apparence de conflit d’intérêts.

Le premier ministre a promis de la réviser afin d’éviter qu’une situation comme celle-ci ne se reproduise.

Le président du Conseil du Trésor, Roger Melanson. – Archives

Le président du Conseil du trésor, Roger Melanson, a répété cette promesse au nom de son chef.

«Le premier ministre a été très clair. Nous voulons que la nouvelle loi ou un amendement à la loi fasse en sorte que c’est très clair que toute la question de conflit ou de perception de conflit soit adressée.»

M. Arseneault a été chaleureusement applaudi par ses collègues, à l’Assemblée législative.

«Tout le monde dans cette Assemblée sait que les derniers jours n’ont pas été faciles pour quiconque de ce côté-ci de la chambre. Ça n’a certainement pas été facile non plus pour le député de Campbellton-Dalhousie», a mentionné Brian Gallant devant l’ensemble des élus.

«Mais je tiens à rassurer tout le monde dans cette Assemblée que ce n’est pas pour ça qu’on se souviendra de lui. On se souviendra du député de Campbellton-Dalhousie pour les 15 années durant lesquelles il a servi la population du Restigouche.»

«On va se souvenir de lui pour sa contribution à titre de ministre pour les gens du NB. On va se souvenir de lui comme d’un géant du Parti libéral», a dit Brian Gallant.

Donald Arseneault a été élu à quatre reprises depuis 2013. Il a notamment été ministre des Ressources naturelles, ministre responsable des langues officielles, ministre responsable des affaires intergouvernementales et vice-premier ministre.

Ni M. Gallant ni M. Melanson n’ont précisé à quel moment le premier ministre déclenchera une élection partielle dans Campbellton-Dalhousie.

La loi électorale oblige M. Gallant à déclencher une élection partielle dans les six mois suivant la démission de M. Arseneault, donc avant la fin du mois de mai.

Selon Élections NB, la loi ne limite pas la durée de cette élection. Brian Gallant pourrait donc choisir de faire coïncider la date du scrutin avec la date des prochaines élections provinciales, le 24 septembre 2018.

Quant à Donald Arseneault, il a l’intention d’utiliser les quatre prochaines semaines pour «mener à biens les dossiers» dans sa circonscription.

La loi provinciale sur l’inscription des lobbyistes permet à M. Arseneault de faire du lobbying auprès des élus dès qu’il aura quitté son poste de député. Il devra cependant s’inscrire au registre des lobbyistes et éviter de faire du lobbying dans le but d’obtenir un «contrat» ou un «avantage financier» durant une période d’un an.

Les deux dernières semaines ont donné lieu à de la «politique à son plus bas niveau», a commenté le chef de l’opposition officielle, Blaine Higgs, après l’annonce de M. Arseneault.

Selon lui, le député et ancien ministre «semble avoir développé un sentiment du “tout m’est dû”» qui lui a fait «prendre ses électeurs pour acquis» après une longue carrière en politique.

M. Higgs et le Parti progressiste-conservateur continuent de réclamer une enquête publique afin de déterminer si Donald Arseneault a utilisé sa position de ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail pour se négocier un emploi avec les Syndicats des métiers de la construction.

Le chef de l’opposition officielle, Blaine Higgs. – Acadie Nouvelle: Mathieu Roy-Comeau

«Il y a encore des questions sans réponse qui méritent une commission d’enquête ou ce que ça prendra pour avoir une réponse claire», a-t-il dit.

Lorsque Donald Arseneault aura officiellement quitté son siège, le gouvernement ne comptera plus que 25 voix en chambre, y compris celle du président de l’Assemblée, contre 23 pour les partis d’opposition.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle