Un séisme frappe l’Iran et l’Irak: au moins 414 morts

Au moins 414 personnes ont été tuées quand un puissant séisme de magnitude 7,3 a dévasté la région frontalière entre l’Iran et de l’Irak.

L’agence de presse iranienne officielle IRNA rapporte que la secousse a fait 407 morts et près de 7000 blessés au pays. La province de Kermanshah, dans l’ouest de l’Iran, a été frappée de plein fouet. Il s’agit d’une région rurale et montagneuse dont les habitants dépendent essentiellement de l’agriculture pour survivre.

En Irak, le tremblement de terre a fait au moins sept morts et 535 blessés. Toutes les victimes se trouvent dans la région semiautonomie kurde du nord du pays, selon le ministère irakien de l’Intérieur.

L’institut géologique des États-Unis a indiqué que l’épicentre était situé à environ 30 kilomètres de la ville irakienne de Halabja, dans l’est du pays. La secousse s’est produite à une profondeur de seulement 23 kilomètres, ce qui a amplifié sa puissance destructrice. Les séismes de magnitude 7 sont capables, à eux seuls, de causer des dégâts importants.

Des images diffusées par les médias iraniens et sur les réseaux sociaux du pays montrent des gens qui fuient leurs maisons en pleine nuit. Plus d’une centaine de répliques ont suivi.

Les dégâts les plus lourds ont été notés dans la ville de Sarpol-e-Zahab, dans la province de Kermanshah, au cœur des monts Zagros qui séparent l’Iran et l’Irak. Des habitants de la ville rapportent qu’elle est maintenant privée d’eau et d’électricité, et que les services téléphonique et cellulaire sont sporadiques.

Le président iranien Rassan Rouhani est attendu dans la région mardi.

Une autre agence de presse iranienne, ILNA, a rapporté que le séisme avait touché pas moins de 14 provinces.

En Irak, le premier ministre Haider al-Abadi a mobilisé les secouristes du pays pour venir en aide aux sinistrés. La secousse a causé des dommages visibles au barrage de Darbandikhan, sur la rivière Diyala; un responsable fait notamment état de «fissures horizontales et verticales», et dit qu’une partie du barrage s’est «affaissée».

Un représentant du Croissant-Rouge turc a dit à l’Associated Press que 33 camions chargés d’aide humanitaire roulent vers la ville irakienne de Sulaimaniyah. Ils transportent notamment des tentes, des appareils de chauffage, des lits, des couvertures et de la nourriture. Un avion-cargo de l’armée turque est déjà arrivé en Irak, selon l’agence de presse officielle Anadolu.

L’Iran repose sur plusieurs lignes de faille. Des séismes s’y produisent sur une base quasi journalière. En 2003, un tremblement de terre d’une magnitude de 6,6 avait frappé la ville historique de Bam, tuant 26 000 personnes.