Une mini-saison de chasse réservée à une communauté autochtone

Les Passamaquoddy pourront chasser l’orignal au Nouveau-Brunswick lors d’une chasse spéciale à la suite d’une entente avec le gouvernement provincial.

«En reconnaissance de l’engagement que nous avons tous à l’égard de la conservation, et comme la chasse à l’orignal de 2017 au Nouveau-Brunswick s’est déroulée sans la participation des Peskotomuhkati, ou Passamaquoddy, nous avons convenu qu’il serait possible de répondre aux besoins de leur communauté cette année en permettant la récolte de sept orignaux», a annoncé vendredi le ministre du Développement de l’énergie et des ressources, Rick Doucet.

Les Passamaquoddy sont signataires des traités de paix et d’amitié au Nouveau-Brunswick.

Après la chasse à l’orignal, qui se déroule du 1er au 30 novembre dans les zones d’aménagement pour la faune 15 et 20 (dans le sud-ouest de la province), les renseignements sur la récolte seront partagés afin d’être incorporés aux modèles de la population d’orignaux.

Aux fins de conservation, les chasseurs devront diviser leur récolte de façon aussi égale que possible entre deux deux zones.

«Nous exercerons ce droit issu des traités en respectant les meilleurs principes de conservation pour préserver une bonne population d’orignaux dans l’ensemble de notre territoire», a déclaré le chef Hugh Akagi de la Nation des Peskotomuhkati à Skutik.

«Nous sommes ravis de pouvoir exercer nos responsabilités et droits traditionnels, qui sont tellement importants pour notre expérience continue en tant que peuple. La récolte commune est une caractéristique déterminante des Peskotomuhkati, et elle a permis à notre peuple de mener une existence saine pendant des milliers d’années.»