Manifestation devant l’évêché de Bathurst: le style de gestion de l’évêque dénoncé

Plusieurs dizaines de paroissiens ont manifesté, dimanche, devant l’évêché de Bathurst, avec pancartes et chants religieux. Les manifestants réclament le retour du père Ferguson et dénoncent le style de gestion de l’évêque, Mgr Daniel Jodoin.

Le père Ferguson a été mis au repos forcé par l’évêché, il y a quelques semaines, et ce, pour des raisons de santé.

Cette situation ne plaît pas du tout à certains fidèles de l’église anglaise Sainte-Famille, à Bathurst, où officiait le père Ferguson. À un tel point que même la pluie de dimanche ne les a pas empêchés de se déplacer pour manifester.

«Je pense que c’est terrible, ce que l’évêque est en train de faire. Il n’est pas juste avec le père Ferguson. Il ment au père Ferguson et il fait en sorte que les autres prêtres mentent aussi», lance Elva Anderson, une fidèle de l’église Sainte-Famille.

Sur place, l’Acadie Nouvelle a pu constater en discutant avec plusieurs paroissiens que le lien de confiance avec l’évêque est visiblement brisé.

«Nous aimons le père Ferguson. Il a ramené plusieurs personnes qui avaient cessé d’aller à l’église. Il est gentil et attentionné tandis que l’évêque est méchant avec lui depuis qu’il est arrivé ici», lance Diane McParland, une autre fidèle de Bathurst.

«Ils disent qu’il est malade. Je lui parle tous les soirs et il dit qu’il se sent mieux, il a une feuille de santé impeccable. Nous ne comprenons pas», ajoute-t-elle.

Elle n’est pas la seule à avoir dit quelque chose de semblable à l’Acadie Nouvelle. Deux autres personnes qui nous ont dit avoir parlé avec le prêtre ont rapporté que le père Ferguson ne serait pas à l’aise avec comment les choses se passent.

Le prêtre a fait une seule déclaration publique il y a une semaine, dans laquelle il y avait peu de détails sur son état de santé et dans laquelle il lançait un appel au calme. Selon des paroissiens, il ne peut pas dire le fond de sa pensée publiquement à cause de son voeu d’obédience.

«Mgr Jodoin ne sera jamais l’un des nôtres»

D’autres pancartes réclamaient le départ de l’évêque et son retour au Québec.

«Mgr Jodoin ne sera jamais l’un des nôtres», pouvait-on lire en français sur une autre pancarte.

Scène plutôt rare, la manifestation a rassemblé à la fois des francophones et des anglophones.

Des paroissiens de la Péninsule acadienne étaient également sur place, pour protester contre le style de gestion de Mgr Jodoin.

La mise au repos du père Ferguson est le dernier évènement en date contestée par des paroissiens du diocèse. Il y a également eu des conflits entourant la gestion du sanctuaire de Sainte-Anne-du-Bocage et des tensions concernant les rénovations de l’église de Bas-Caraquet.

Le rassemblement a été pacifique. Deux voitures de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) étaient sur place au début.

Les paroissiens ont marché de la rue jusqu’au haut de la butte, devant la résidence de l’évêque, en chantant des airs religieux.

Mgr Jodoin n’a pas été à leur rencontre, à la déception de certains. Selon ce qu’il avait déclaré dans les pages de l’Acadie Nouvelle jeudi dernier, il avait des engagements dans le Restigouche.

Intervention réclamée du représentant du Pape

Des paroissiens ont profité de la manifestation pour faire signer une lettre et faire entendre leur message en plus haut lieu.

La lettre qui circule depuis deux jours est adressée au nonce apostolique, qui est le représentant personnel du Pape au Canada et le supérieur de l’évêque.

«Malheureusement, Mgr Jodoin est une personne avec un style de gestion autocratique. Depuis son arrivée dans notre diocèse ses décisions sont imposées de façon unilatérale, tenant peu compte des effets négatifs dans nos communautés.», est-il écrit.

«Même son attitude envers certains membres du clergé soulève la grogne et je dirais même la révolte», ajoute-t-on dans la lettre.

Elle a déjà été signé par 150 personnes selon une des instigatrices, Roberta Dugas.