Bas-Caraquet: une démission qui fait réfléchir

Le conseil municipal de Bas-Caraquet a formellement accepté la démission d’Anne-Marie Jourdain. Une résolution a été adoptée lundi soir. La semaine dernière, l’ex-conseillère s’est dite grandement déçue du fonctionnement du conseil municipal.

Mme Jourdain a envoyé une lettre de démission à la municipalité le 16 novembre pour annoncer son départ.

«J’ai beaucoup apprécié mon rôle de conseillère générale au sein du village. Je suis d’ailleurs fière de mes nombreuses réalisations en un an et demi de service. Je suis cependant réaliste et je me rends compte que je suis de plus en plus déçue, et de cela, à plusieurs niveaux, quant au fonctionnement du conseil municipal et de certains employés. Je considère qu’un manque de leadership et de vision et de soutien ne sont pas étranger à mon désir de quitter.»

Le lendemain sur Facebook, sans les nommer, elle a reproché à certains membres du conseil de siéger autour de la table pendant trop d’années pour les mauvaises raisons sans apporter de nouvelles idées.

«Un manque de leadership, un manque de vision, une difficulté à rassembler les troupes, une incapacité à exiger une implication sur des comités, une absence de revendications vers les paliers gouvernementaux supérieurs, etc.», a écrit Mme Jourdain.

Selon le site Internet de la municipalité de Bas-Caraquet, Cyrénus Doiron est le conseiller avec le plus d’ancienneté. Il a été élu pour la première fois en 1989.
M. Doiron est suivi de près par Sylvio Lanteigne, qui est conseiller à Bas-Caraquet depuis 1991.

René Friolet est revenu sur le conseil en 2016, après huit années d’absence, mais il avait auparavant servi de 1995 à 2008. Le conseiller Daniel Gionet est membre du conseil depuis 2008.

De son côté, Agnès Doiron est maire de la municipalité depuis 2008 alors que le premier mandat de Roger Chiasson, maire suppléant, remonte à 2001.

Interrogée par les médias, Agnès Doiron n’avait visiblement pas très envie de parler de cette affaire.

«C’est désolant de perdre une personne de cette envergure. Elle a fait de belles choses pour la municipalité. (…) C’est décevant, parce qu’elle était quand même dynamique et impliquée.»

Elle entend analyser les critiques de Mme Jourdain en profondeur au cours des prochaines semaines.

«On va essayer de régler ce problème du mieux qu’on peut.»

Le départ d’Anne-Marie Jourdain est cependant loin de laisser les citoyens indifférents. Les propos de l’ancienne conseillère doivent mener à des changements concrets, croit Lucie LeBouthillier, une résidente.

«Mme Jourdain a dit que vous êtes tous de bonnes personnes. Moi aussi je le crois. Ça n’a rien de personnel, mais les gens de Bas-Caraquet paient des impôts et si vous occupez un siège, vous avez des responsabilités. Si après 10 ans, 15 ans, 30 ans, vous occupez un siège et vous n’êtes plus intéressés, s’il vous plaît, donnez votre place à quelqu’un d’autre. Il faut du changement maintenant.»