Onze homicides en 2016 au Nouveau-Brunswick: le taux demeure stable

Le taux d’homicides est demeuré stable au Nouveau-Brunswick l’année dernière, selon des données publiées mercredi par Statistique Canada. La province s’en tire avec un taux inférieur à la moyenne nationale.

Dans son rapport, l’agence fédérale rapporte que 11 cas ont été déclarés en 2016 au Nouveau-Brunswick. Cela donne un taux de 1,46 cas par 100 000 habitants. Le portrait était le même en 2015.

À l’échelle nationale, 611 homicides ont été déclarés en 2016, soit deux de plus que l’année précédente. Comme la population du pays a augmenté entre temps, le taux est tout de même passé de 1,70 à 1,68.

Armes à feu et gangs: les points saillants

À l’échelle nationale, le nombre d’homicides attribuables à des gangs a augmenté pour la deuxième année consécutive et est passé de 96 à 141. En 2016, ils ont représenté près d’un quart des cas déclarés.

On note aussi que l’année dernière, 54% des homicides commis à l’aide d’une arme à feu étaient attribuables aux gangs, soit la proportion la plus élevée depuis 2009.

Le nombre et le taux d’homicides à l’aide d’une arme à feu a pour sa part augmenté pour la troisième année consécutive au pays.

«En 2016, 223 homicides commis à l’aide d’une arme à feu ont été déclarés, soit 44 de plus que l’année précédente. Cela représente un taux de 0,61 homicide commis au moyen d’une arme à feu pour 100 000 habitants, soit le taux le plus élevé enregistré depuis 2005», lit-on dans le rapport de Statistique Canada.

Un problème qui touche beaucoup plus les autochtones

Les données publiées mercredi Statistique Canada mettent en lumière combien les autochtones sont plus souvent victimes d’un homicide que leurs concitoyens non-autochtones. La différence est très importante.

À l’échelle nationale, le taux d’homicides commis contre les les membres des Premières Nations était de 8,19 par 100 000 personnes en 2016. Chez les non-autochtones, ce taux n’était que de 1,34.

Lorsque l’on s’intéresse aux données par sexe, la différence est tout aussi frappante.

Par exemple le taux chez les hommes autochtones a été de 13,20 en 2016, soit près de sept fois plus que celui chez les hommes non-autochtones.

Pendant ce temps, le taux a été de 3,30 par 100 000 personnes chez les femmes autochtones en 2016. Fait encourageant, ce taux a diminué par rapport à 2015 (il s’était alors établi à 4,79).

Mais on revient vite sur terre en comparant ces données avec celles qui portent sur le reste des femmes au Canada. En 2016, le taux chez les femmes autochtones a été près de cinq fois plus élevé que chez les femmes non-autochtones.

Des cas qui ont retenu l’attention

Au Nouveau-Brunswick, où ne sont commis qu’une poignée d’homicides chaque année, les cas sont rarement noyés dans l’actualité comme ils peuvent l’être dans les plus grandes provinces.

Voici quelques homicides qui ne sont pas passés inaperçus en 2016:

Stéphane Lévesque – Cet homme de 34 a été trouvé inconscient dans une rue de Campbellton dans la nuit du 3 février 2016 après avoir été victime d’une agression. Il est mort peu après. Yannick Landry et son père Jean-Yves Landry ont plaidé coupables à des  accusations d’homicide involontaire en 2017.

Gordon Albert – Le corps de cet homme de 46 ans a été retrouvé à l’extérieur d’un chalet à Baker-Brook en août 2016. Son fils, Johnny Albert, a été accusé de meurtre au premier degré après s’être livré la police. Il a été cité à procès en septembre 2017 au terme de son enquête préliminaire.

Roger Parent – Le corps de cet homme de 70 ans a été retrouvé dans sa résidence de Rivière-Verte en février 2016. Sylvain Bard, âgé de 50 ans et d’Edmundston, a par la suite été arrêté et a été accusé de meurtre au premier degré. Il a fini par plaider coupable à une accusation de meurtre au deuxième degré en juin 2016 et s’est vu imposer une peine à perpétuité.

Wayne Rattray – Des restes humains ont été retrouvés sur une île de la rivière Renous, le 21 mai 2016. La police a déterminé qu’il s’agissait du corps de Wayne Rattray, 59 ans, qui était porté disparu depuis plusieurs mois. Trois hommes ont été accusés de meurtre au premier degré dans cette affaire; Kurt Andrew Hudnut, James Andrew Melanson et Luke Fran Ellick.

Michael Mark Ryan – Cet homme de 49 ans a été retrouvé sans vie dans sa résidence de Miramichi le 23 avril 2016. Brandon Blake Colford, âgé de 20 ans, a été arrêté et accusé de
meurtre au premier degré. L’accusé a plaidé coupable à une accusation de meurtre au deuxième degré en janvier 2017. Il a été envoyé en taule à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 15 ans.