La chasse à l’as de Dalhousie sera de retour jeudi

La première loterie de type Chasse à l’as ayant franchi le cap du 1 000 000$ au Nouveau-Brunswick reprend du service.

Le 25 septembre 2016, Rino Maltais s’est retrouvé sur la scène au palais des glaces Inch Arran de Dalhousie devant des milliers de personnes qui auraient bien aimé être à sa place. Lui et sa conjointe, Danielle, n’avaient jamais participé à la Chasse à l’as organisée conjointement par le Récréaplex et le Club Rotary de Dalhousie.

Avec seulement une demi-douzaine de cartes sur la table devant lui, les probabilités étaient plutôt bonnes. L’homme de Campbellton a finalement tourné l’as de pique, une carte qui lui a valu le gros lot de 1,3 million $.

C’était alors du jamais vu dans la province pour une loterie du genre, la première fois que le lot franchissait le cap du million. Depuis, la loterie de Dalhousie a été largement dépassée par la chasse à l’as de Lamèque qui a généré trois fois ce montant (3,9 millions $).

Ce jeudi, on recommence en neuf à Dalhousie. Le partenariat demeure le même – le Récréaplex et le Cub Rotary – mais la formule sera un peu moins rigide que par le passé.

À l’image de Lamèque, les billets seront disponibles à l’avance et le gagnant n’aura pas besoin d’être sur place lors du tirage, ce qui risque de minimiser les foules.

On se souviendra que la popularité de la chasse hebdomadaire à Dalhousie avait notamment eu pour effet de noliser l’aréna et le Mail Darlington, causant également des bouchons de circulation monstre dans la ville.

«Les gens n’auront plus à être présents et à s’entasser dans un local pour le tirage. Ça nécessitait énormément de logistique pour nos deux organisations, lors de la première édition, en plus d’être très contraignant pour les participants. Avec la nouvelle formule, ça va ôter pas mal de stress sur les épaules de tout le monde», indique James Beattie, gérant du Récréaplex.

Le premier tirage aura lieu ce jeudi, à 20h30, à la salle Archibald du Récréaplex à Dalhousie. Pour ce grand retour, les organisateurs ont fixé la cagnotte à 2000$.

«On ne s’attend pas à des ventes exorbitantes pour débuter, mais on se permet toutefois de rêver. On l’a fait une fois, on a souhaité atteindre le 1 000 000$ et ç’a fonctionné. On voudrait pouvoir répéter ça», soutient M. Beattie.

Lors de la première loterie, le Récréaplex désirait renflouer ses coffres (l’organisme étant pratiquement au bord de la faillite) et améliorer des infrastructures vieillissantes.

Du côté du club Rotary, on désirait aller chercher de l’argent afin de financer certains programmes et projets communautaires.

Que comptent-ils faire des futurs profits? Cette fois-ci, pas de promesse.

«De notre côté, on veut simplement continuer nos phases de modernisation de la bâtisse et sécuriser nos opérations pour encore de nombreuses années. Pour ce qui est des Rotary, ils veulent également poursuivre leurs projets de bienfaisances pour la communauté», dit M. Beattie.

Ironiquement, la Chasse à l’as redémarre au même moment où le Récréaplex s’apprête à installer son nouveau système de déshumidification, un projet majeur qui nécessitera la fermeture de la piscine pour une semaine (du 10 au 17 décembre).

Ce système devrait faire épargner annuellement plusieurs dizaines de milliers de dollars en électricité au Récréaplex, la principale dépense de l’établissement.

Fait à noter, le gouvernement fédéral – dont l’absence avait fait l’objet de nombreuses critiques – a finalement décidé de se joindre au projet en y injectant 150 000$.