Intentions de vote au N.-B.: les libéraux accentuent leur avance

Le scandale de l’impôt foncier et la privatisation annoncée de la gestion du Programme extra-mural ne semblent pas avoir nui au Parti libéral du Nouveau-Brunswick dans le coeur des électeurs.

Le gouvernement peut compter sur une avance de 19 points de pourcentage (+4) sur l’opposition officielle, selon un récent sondage de la firme Corporate Research Associates (CRA) effectué durant le mois de novembre.

Le Parti libéral récolte la faveur de 47% (+0) des électeurs décidés contre 28% (-4) pour le Parti progressiste-conservateur.

Les changements dans le pointage de chacun des partis dans cette catégorie sont en dessous de la marge d’erreur de ±4,6%.

Le Nouveau Parti démocratique peut compter sur l’appui de 11% (-1) des électeurs décidés, devant le Parti vert à 9% (+2). L’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick est à 3% (+1). Le taux d’électeurs indécis est de 34% (+4).

Le coup de sonde a été réalisé du 2 au 29 novembre auprès de 800 Néo-Brunswickois.

Quarante-neuf pour cent (-3) des participants au sondage sont «complètement satisfaits» ou «plutôt satisfaits» de la performance du gouvernement de Brian Gallant. Le taux d’insatisfaction demeure le même à 39%.

Selon le chef de la direction de CRA, Don Mills, le succès du Parti libéral s’explique notamment par la difficulté des autres partis à se démarquer auprès de ceux qui ne sont pas d’accord avec le gouvernement.

«Les deux autres principaux partis se partagent le vote de ceux qui sont insatisfaits. Le défi de ces partis est de trouver une façon de devenir la principale opposition aux libéraux et ils n’ont pas encore véritablement réussi.»

Le premier ministre Brian Gallant demeure le chef favori des électeurs à 32% (-4), suivi par le chef du Parti progressiste-conservateur, Blaine Higgs à 18% (-2).

L’unilinguisme anglais de M. Higgs est probablement la cause de son manque de popularité, avance M. Mills.

«C’est un gros handicap pour Blaine Higgs. C’est un véritable problème. Il suit des cours, mais il ne sera pas parfaitement bilingue avant la prochaine élection.»

Le chef du Parti vert, le député David Coon, est un point devant la chef du NPD, Jennifer MacKenzie, à 9% (-2). Le leader de l’Alliance, Kris Austin, est le politicien favori de 3% (-1) des répondants.

L’avance constante des libéraux durant la dernière année et la popularité de leur chef sont de bon augure en prévision des prochaines élections, mais bien des choses peuvent changer en dix mois, prévient Don Mills.

«Ça prend seulement un gros problème pour changer les choses. Et les conditions économiques risquent d’être encore difficiles l’an prochain au Nouveau-Brunswick.»

Lors des élections de 2014, le Parti libéral a récolté 42,5% des suffrages exprimés contre 34,5% pour le Parti progressiste-conservateur, 12,9% pour le NPD, 6,6% pour le Parti vert et 2,1% pour l’Alliance.

Cela a permis aux libéraux de faire élire 27 députés, 21 pour les progressistes-conservateurs et 1 pour les verts.

Les prochaines élections auront lieu le 24 septembre 2018.