Académie Sainte-Famille: le maire Losier fait marche arrière

La municipalité régionale de Tracadie devait devenir propriétaire de l’Académie Sainte-Famille, un bâtiment patrimonial d’importance, mais le maire envisage de faire marche arrière. Denis Losier invoque des coûts d’entretien importants et désire l’avis des citoyens sur la question.

Le conseil municipal a adopté, le 24 avril, une résolution pour devenir propriétaire de l’Académie Sainte-Famille et signer une entente de cogestion. Le maire veut toutefois ramener le dossier au conseil municipal avant de signer les documents au printemps.

«Quand le toit coule, qui va payer, c’est la Ville. Quand le chauffage est désuet, même chose. Déjà cette année, nous avons engagé autour de 75 000$. Oui préserver le patrimoine ça coûte de l’argent, mais avec les défis et les projets qu’on a aujourd’hui, est-ce que c’est là que la population veut que le conseil s’en aille?», se demande Denis Losier.

Il ajoute que des quartiers ont approché la municipalité pour développer une plage publique, construire un complexe sportif ou un nouvel aréna et il soutient qu’il faut faire des choix.

Le maire fait donc un appel à tous pour savoir ce que les citoyens en pensent et explorer des façons de gérer le bâtiment qui n’impliquent pas la municipalité. Le maire lance l’idée de la formation d’une coopérative de gestion avec plusieurs organismes à but non-lucratif.

«Peut-être qu’une consultation serait importante. Il y a peut-être des gens qui nous proposeraient autre chose, des gens qui ont de bonnes idées ou la bonne idée», souligne Denis Losier.

L’Académie Sainte-Famille a besoin d’aide

C’est l’Acadie Nouvelle qui a informé le président de l’Association des anciens et amis de l’Académie Sainte-Famille des intentions du maire. Les dernières discussions entre l’association et la ville remontaient à plusieurs mois.

«Je peux comprendre la position du maire dans ce débat-là, mais nous ce qu’on a toujours maintenu jusqu’à ce jour, c’est qu’on a toujours été en mesure de remplir nos obligations financières et de payer nos fins de mois», a affirmé Jean-Eudes Savoie, président du comité.

Il estime que l’association a besoin de l’aide de la municipalité pour gérer le bâtiment, à tout le moins sur le long terme, et il compte avoir des discussions avec la ville.

«Nous sommes un petit organisme et nous sommes des bénévoles. Gérer tout ça, ça devient une tâche est assez laborieuse», souligne M. Savoie.

Des organismes occupent des locaux de l’édifice et une salle de spectacle a été ouverte au troisième étage en 2016.

Des travaux majeurs sont d’ailleurs en cours au quatrième étage pour qu’il soit utilisable. Ces rénovations sont financées par les gouvernements provincial et fédéral.

Consultation plus large

En plus de l’Académie Sainte-Famille, le maire veut aussi l’avis des citoyens concernant les autres bâtiments qui ont marqué l’histoire de la ville.

Des bâtisses dans la municipalité ne sont pas protégées et des démolitions dans les dernières années ont fait grincer des dents.

«Peut-être que des gens veulent que le conseil prenne position avec un arrêté qui oblige de préserver un certain patrimoine, un certain cachet historique. Ce n’est pas quelque chose que nous avons ici», précise Denis Losier.