Trois candidatures très sérieuses…

Décerner le titre de Personnalité de l’année n’est jamais une mince affaire et suscite toujours de riches débats au sein du comité éditorial élargi de l’Acadie Nouvelle. Voici la courte liste de ceux et celles qui ont été sérieusement considérés par le comité pour la place qu’ils ont occupée dans l’actualité en 2017.

Denis Losier

Abolition de postes, congédiement, poursuites, réorganisation et réductions des dépenses, ça brasse à l’hôtel de ville de Tracadie depuis l’arrivée de Denis Losier.

’ancien directeur d’école devenu maire n’a pas peur de froisser ses employés et ses collègues du conseil pour faire ce qu’il croit nécessaire pour sa municipalité.

M. Losier n’a pas hésité cette année à dénoncer ce qu’il perçoit comme du laxisme et des abus au sein de l’administration. Les réformes qu’il a entamées dérangent.
Tracadie fait face à deux poursuites de la part d’ex-employés qui ont été licenciés. La Ville réclame quant à elle une somme importante à l’auteur d’une de ces poursuites.

À la table du conseil, les propos de Denis Losier offusquent souvent les conseillers qui ne se gênent pas non plus pour exprimer leur désaccord avec le maire.
On peut aimer ou non les façons de faire du maire de Tracadie, mais personne ne pourra l’accuser d’immobilisme.

Gilles Lanteigne

Rarement a-t-on vu un haut fonctionnaire tenir tête à un gouvernement comme le PDG du Réseau de santé Vitalité devant l’administration du premier ministre Brian Gallant en 2017.

Fort de l’appui du conseil d’administration du Réseau élu en partie par la population, M. Lanteigne est l’un des principaux opposants à la privatisation de la gestion du Programme extra-mural.

Alors que le Réseau de santé anglophone, Horizon, est demeuré essentiellement muet dans ce débat, Vitalité et son PDG ont été à l’avant-plan de la contestation en affirmant qu’ils pourraient faire tout aussi bien que le privé si Fredericton lui en donnait la chance.

En octobre, le ministre de la Santé, Benoît Bourque, a rappelé à M. Lanteigne dans les pages de l’Acadie Nouvelle que le PDG du réseau de la santé était «embauché et je dirais même congédié» par le gouvernement.

«Il sert au bon plaisir du ministre lui-même», avait mentionné M. Bourque.

Le gouvernement Gallant n’avait d’ailleurs pas hésité à renvoyer le prédécesseur de Gilles Lanteigne, Rino Volpé, qui avait été nommé par le précédent gouvernement.

Il y a toutefois peu de risque que les libéraux répètent l’expérience avec M. Lanteigne. M. Volpé a contesté son congédiement devant les tribunaux et a remporté sa cause, obligeant la province à lui verser près de 630 000$.

Alors que l’entente entre la province et Medavie au sujet de l’extra-mural entrera en vigueur le 1er janvier, Gilles Lanteigne pourra continuer à se faire le chien de garde des services publics de santé sans craindre de représailles.

Les combattants du verglas

Lorsqu’une bombe météorologique s’est abattue sur la côte Est du Nouveau-Brunswick à la fin janvier, privant d’électricité plus du tiers de la population de la province, un élan de solidarité sans limites s’est manifesté aux quatre coins du territoire.

Durant des jours, les premiers intervenants, les équipes d’Énergie NB, les Forces armées canadiennes et des centaines de bénévoles d’un peu partout sont venus à la rescousse des sinistrés. Ils ont travaillé sans relâche pendant des jours pour assurer la sécurité et le confort des populations affectées.

Malgré l’adversité, les combattants du verglas ont fait preuve de sang froid, de professionnalisme et de générosité pour éviter que le drame ne tourne à la tragédie.
La météo peut bien faire des siennes à nouveau, la détermination des Néo-Brunswickois pour venir en aide aux leurs est à toute épreuve.