2 M $ pour une meilleure signalisation routière destinée aux touristes

Le Nouveau-Brunswick investira deux millions $ d’ici 2020 afin d’améliorer la signalisation touristique destinée à faire découvrir ses cinq routes panoramiques.

Selon les chiffres avancés par le gouvernement provincial, 95% des touristes visitent le Nouveau-Brunswick par la route, de là l’importance d’avoir une signalisation adéquate, et ce, autant pour eux que pour les opérateurs et les régions qui les attendent à bras ouverts.

Malheureusement, il y a beaucoup de lacunes sur les panneaux provinciaux. Des routes panoramiques et des attraits régionaux sont peu visibles, de sorte qu’ils ne figurent souvent pas sur l’itinéraire des touristes. Fredericton veut toutefois corriger le tir et, pour ce faire, le premier ministre Gallant a annoncé lundi une somme de deux millions $ afin d’améliorer la signalisation touristique.

L’annonce de cet investissement s’est faite au Centre d’Expériences de la Rivière Restigouche à Campbellton, un lieu sur lequel on mise énormément pour développer le secteur touristique et qui, justement, ne figure pas encore sur les panneaux routiers. Un exemple parmi tant d’autres.

«Une bonne signalisation est nécessaire afin de permettre aux touristes qui viennent au Nouveau-Brunswick de comprendre quelles sont les possibilités, les expériences qui s’offrent à eux», estime M. Gallant.

Amélioration de la signalisation actuelle, ajout de panneaux, tout est sur la table selon lui.

«Nous allons travailler de concert avec les régions ainsi qu’avec nos experts en tourisme afin d’identifier ce qui est nécessaire pour améliorer l’expérience de nos visiteurs. Car en fin de compte, ce sont eux qui vont par la suite devenir nos ambassadeurs, qui vont inscrire leurs commentaires sur Trip Advisors et sur leur Facebook», ajoute-t-il.

Ce dernier soutient que la question de la signalisation a été soulevée à maintes reprises lors de sa dernière tournée provinciale effectuée auprès des leaders communautaires.

«Partout où nous sommes allés, le sujet était apporté sur la table et c’est d’ailleurs ici – au Restigouche – que les intervenants ont été le plus vocables et passionnés sur le sujet», admet le premier ministre.

Président de la Commission de services régionaux du Restigouche, Michel Soucy, confirme que son organisation a plaidé auprès du premier ministre pour une amélioration de la signalisation.

«Il y a beaucoup de lacunes. Quand tu arrives de Saint-Léonard, tu vois la direction pour le Restigouche, mais c’est pratiquement tout. On voit très peu ce qu’on a à offrir et ça, tout le long du chemin qui conduit jusqu’ici. Et c’est la même chose en arrivant de l’autre côté (de l’Est). C’est définitivement possible de faire mieux, de mieux afficher et de vendre la région sur nos routes», exprime-t-il.

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Croissance démographique, Gilles LePage abonde dans le même sens.

Il estime qu’une meilleure signalisation aura pour effet d’inciter les touristes à quitter leur zone de confort et, surtout, les routes principales au profit des routes secondaires qui sillonnent villes et villages.

«Le touriste qui vient au Restigouche par exemple et qui reste sur la 11 ou sur la 17, il va manquer beaucoup de choses, beaucoup de beautés touristiques qui ne sont pas nécessairement affichées sur les panneaux, comme la rivière Restigouche par exemple.

On a une pancarte indiquant la direction du mont Carleton, mais encore là, on ne sait pas vraiment ce qu’il y a à y faire. On peut faire mieux, mettre plus en évidence nos infrastructures et nos produits touristiques sur la carte», dit-il.

Le Nouveau-Brunswick compte cinq itinéraires désignés (routes panoramiques), soit la Route de la chaîne des Appalaches, la Route de la rivière Miramichi, la Route du littoral de Fundy, la Route du littoral acadien et la Route panoramique de la vallée.