Le gouvernement provincial participera au projet de mini-turbine à Dalhousie

Le premier ministre Brian Gallant a profité de son passage au Restigouche lundi pour annoncer l’injection d’un montant de 500 000$ dans le projet de production d’hydroélectricité de la ville de Dalhousie.

L’argent servira à acheter et à installer une petite turbine hydraulique de 99 kilowatts. Elle sera intégrée dans la canalisation du barrage de Charlo afin de produire de l’électricité qui sera vendue à Énergie NB. Selon les estimations de la Ville, cette petite turbine devrait permettre de générer de revenus annuels de 80 000$ à 100 000$.

Estimé à 1,1 million $, le projet devait initialement être financé à parts égales par les trois paliers de gouvernements. Toutefois, le fédéral a répondu par la négative. La facture sera donc plutôt divisée en deux. Compte tenu de la situation, l’investissement du provincial a toutefois été revu à la hausse de près de 140 000$.

«C’est un pas supplémentaire, mais tous les petits pas que nous pouvons faire pour appuyer Dalhousie, chaque dollar que nous y investissons, sont importants», souligne le député de Restigouche-Ouest, Gilles LePage.

«Ce projet de turbine n’est pas une urgence en soi. Mais stratégiquement, pour le bien-être de la communauté, on a besoin d’un tel projet innovateur. C’est un petit projet porteur de beaucoup d’espoirs, car il va rapporter gros à la Ville. C’est un beau gage également de collaboration, une preuve de notre engagement envers ce secteur de notre grande région», ajoute le politicien.

Sans le coup de pouce du fédéral, la Ville aurait vu sa facture passer à 600 000$. Malgré tout, le projet ira de l’avant indique le maire de l’endroit, Normand Pelletier.

«On a ici un beau projet vert qui peut générer des retombées économiques importantes pour la municipalité, et ce, sur plusieurs décennies. On ne peut pas laisser passer une chance pareille parce que notre investissement est plus important», exprime le maire.

Ce dernier espère par ailleurs toujours que le fédéral – par le biais de ses différents programmes – embarquera dans le projet en cours de route.

«Si on est capable d’aller chercher 150 000$ ou 200 000$, ce sera toujours cela de moins à porter sur nos épaules, car l’objectif ici c’est de mettre en branle un projet qui peut nous aider financièrement à long terme. La province l’a compris et c’est pour cela qu’elle a embarqué», dit le maire.

L’installation de la turbine devrait avoir lieu d’ici la fin de l’automne 2018.