Élection dans Campbellton-Dalhousie: Gallant fait durer le suspense

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, n’a toujours pas décidé s’il déclenchera une élection partielle au cours des prochaines semaines dans la circonscription de Campbellton-Dalhousie.

La circonscription restigouchoise est orpheline depuis le 30 novembre à la suite de la démission de son député, le libéral Donald Arseneault.

M. Arseneault s’est résigné à abandonner le poste après qu’il occupait depuis 14 ans après avoir été au cœur d’une controverse en acceptant un emploi à Ottawa au sein du Syndicat des métiers et construction de l’Amérique du Nord, un poste pouvant l’emmener à effectuer des tâches de lobbyiste.

La question est maintenant de savoir ce qu’il adviendra de la circonscription d’ici septembre, date des prochaines élections générales provinciales.

Le mois dernier, le premier ministre Gallant avait indiqué qu’il prendrait la période des Fêtes afin de réfléchir à la question, à savoir s’il déclenchera ou non un scrutin afin de pourvoir le poste pour les quelques mois restants d’ici les élections générales.

Questionné à ce sujet lors de son passage à Campbellton lundi, Brian Gallant a dit être toujours en réflexion.

«On va continuer de consulter les gens pendant quelques jours encore, peut-être même quelques semaines. Mais on va prendre une décision tôt en 2018», a-t-il précisé aux membres des médias.

Ce qui le fait hésiter, entre autres, est le peu de temps que le futur élu aurait pour s’acclimater à son rôle, qui plus est alors que les travaux de l’Assemblée législative risquent de se terminer tôt.

«En même temps, si on ne tient pas d’élection partielle, on doit trouver des moyens pour s’assurer que les gens de cette circonscription obtiennent l’appui auquel ils ont droit au cours des mois à venir. Ce sont tous des éléments du genre que nous devons prendre en considération. On va donc continuer de parler avec des leaders communautaires et les gens de cette circonscription afin de choisir la meilleure option», ajoute le premier ministre.

Les prochaines élections provinciales doivent avoir lieu le 24 septembre.