Beaucoup de pluie et des records de chaleur en fin de semaine

L’arrivée prochaine au Nouveau-Brunswick d’un autre système dépressionnaire fera bientôt bondir de plusieurs degrés le mercure qui pourrait atteindre des marques record vers la fin de la semaine.

Après avoir été plongé dans un long chapitre de froid glacial, le Nouveau-Brunswick sera dès jeudi sous l’emprise d’un système en provenance du golfe du Mexique qui apportera pluie et degrés en abondance.

Vendredi et samedi, le mercure pourrait atteindre 13°C à St. Stephen, selon des prévisions émises mercredi par la chaîne MétéoMédia.

Avec un tel mercure, des records de chaleur pourraient être fracassés.

Ainsi, la journée de vendredi pourrait passer à l’histoire, le record absolu de chaleur au Nouveau-Brunswick cette journée-là étant de 12°C. Cette marque avait été enregistrée à Sussex en 1980.

Pour ce qui est de la journée la plus chaude jamais enregistrée un 13 janvier au Nouveau-Brunswick, la marque a été établie à Lepreau en 1945. Le mercure avait à ce moment grimpé à 14,4°C.

Partout ailleurs en province, le mercure devrait se situer aux alentours de 10°C vendredi.

Le mercure devrait se maintenir au-dessus du point de congélation au cours des nuits de jeudi à vendredi et de vendredi à samedi, atteignant à certains endroits pas moins de 10°C.

Il s’agirait alors d’un mercure qui serait plus de 20°C supérieurs aux normales.

Ces températures anormalement élevées seront toutefois accompagnées d’un fort cocktail de précipitations qui pourrait laisser des traces.

Le nord de la province aura ainsi droit dès jeudi à un cocktail météo qui comprend de la neige, du grésil, de la pluie et de la pluie verglaçante.

Plus au Sud, les régions de Saint-Jean, de Moncton et de Fredericton pourraient recevoir un total de 100 millimètres de pluie samedi et dimanche. Et des records de précipitations pourraient être battus.

«Il y a de 10 à 20 centimètres de neige au sol, s’il fait aussi chaud et qu’il y a autant de précipitation prévue, toute cette neige va disparaître», a indiqué à l’Acadie Nouvelle Claude Côté, météorologue à Environnement Canada. – SL