Facteur happé à Campbellton: l’accusation criminelle est retirée

La Couronne a retiré jeudi l’accusation de conduite dangereuse ayant causé des blessures corporelles déposées en novembre contre Michael MacGarvie.

Michael MacGarvie est cet individu âgé de 45 ans d’Eel River Crossing qui aurait été au volant du véhicule qui a heurté un facteur – Christopher Snow – le 24 novembre à Campbellton.

Le facteur âgé de 35 ans effectuait la livraison habituelle du courrier dans le secteur de Richardville lorsqu’un véhicule a, pour une raison inconnue, traversé les deux voies de la route pour venir le percuter.

Le facteur a subi de nombreuses blessures sérieuses et est depuis aux soins intensifs.

L’une des hypothèses expliquant l’accident est que le conducteur se soit endormi au volant alors qu’il roulait sur la route 134 en direction de Dalhousie.

Lundi, Michael MacGarvie a comparu au Palais de justice de Campbellton et plaidé non coupable à une accusation de conduite dangereuse, choisissant d’être jugé devant juge et jury à la suite d’une enquête préliminaire.

Toutefois, les parties se sont retrouvées de nouveau en cour jeudi à la demande de la poursuite. Après réflexion et analyse du dossier, le procureur, Steve McNair, est revenu sur sa décision et a déposé une motion visant à abandonner cette accusation, ce à quoi le juge a consenti. Il ne s’est pas opposé également à la remise en liberté immédiate de Michael MacGarvie, ce dernier étant incarcéré depuis l’incident sous cette seule accusation.

Si l’accusé était visiblement content de retrouver sa liberté, et définitivement soulagé de voir l’accusation criminelle tomber, le sentiment était tout autre au bureau de poste de Campbellton.

«On a été mis au courant en matinée par la famille de Chris que les accusations seraient abandonnées. On est sous le choc. On ne comprend pas et ça nous laisse un goût très amer en bouche de l’appareil judiciaire», a confié Marc Dunn, confrère-facteur de la victime et représentant syndical.

Celui-ci était d’ailleurs en cour jeudi pour témoigner de l’abandon de la procédure au criminel.

«C’est difficile à digérer, car c’est un accident qui aurait pu, selon nous, être évité. Et de voir que notre confrère risque d’avoir des séquelles à vie et que personne ne sera vraiment puni ou tenu responsable pour ça, ça nous trouble beaucoup», exprime-t-il.

Lui et d’autres confrères ont par ailleurs visité à quelques reprises Christopher Snow à l’hôpital. Selon M. Dunn, l’état de santé de M. Snow s’améliore, mais très lentement.

«Il est encore loin de bien aller. C’est très dur de le voir comme ça, car c’est un vrai bon gars. C’est une période très difficile pour Chris et sa famille. De notre côté, l’accident a aussi laissé plusieurs séquelles. On (facteurs) est tous plus nerveux depuis que ça s’est produit, en particulier dans ce secteur de la ville», ajoute-t-il.

Bien que l’accusation criminelle ait été retirée, M. MacGarvie n’en a toutefois pas terminé avec la justice puisqu’une accusation en vertu du Code de la route a été déposée lundi et demeure en vigueur. Il devra ainsi revenir en cour le 28 février pour son procès sur une accusation de conduite d’un véhicule à moteur alors que ce privilège lui était suspendu.