Un baume pour les familles de jeunes enfants souffrants de problèmes de vision

Il y a huit ans, la Dre Rachelle Savoie a pensé mettre sur pied une campagne de financement destinée à aider les familles ayant un jeune enfant souffrant de troubles sévères de la vision. Depuis, avec à la participation des optométristes d’un peu partout en province, tout près de 40 000$ ont été récoltés et distribués.

Chloé de Tracadie. Geneviève de Bathurst. Rowan et Alex de Riverview. Marisol de Shippagan. Tito de Grand-Sault. Katniss de Perth-Andover. Clodie, Maria et Sophie de Moncton… Tous ces jeunes enfants ont en commun d’être né avec un trouble de la vue nécessitant des soins spéciaux. Et tous ont aussi bénéficié à un moment de l’initiative chapeautée par la Dre Rachelle Savoie, optométriste à Bathurst et Campbellton.

Celle-ci a vu le jour en 2010.

«J’avais alors vu dans les médias le témoignage des parents d’un petit garçon de Kedgwick, Noah, qui souffrait d’une maladie rare affectant sa vision. Ses parents avaient été jusqu’en Chine pour lui offrir des traitements expérimentaux. Ça m’avait beaucoup émue et j’ai voulu participer à ma manière», indique l’optométriste.

Celle-ci a donc pris sur elle de contacter ses confrères optométristes de la province afin qu’ils amassent des dons durant le mois d’octobre, mois de la santé de l’œil chez les enfants. L’appel a fonctionné et plusieurs optométristes ont embarqué dans le projet. Des fonds ont ainsi pu être recueillis pour le petit Noah, mais également pour une autre fillette de Tracadie, Chloé, souffrant du même problème.

Selon Mme Savoie, le Nouveau-Brunswick n’ayant pas de centre spécialisé pour la santé de l’œil, les cas lourds sont souvent transférés à Québec, Montréal ou Halifax, ce qui occasionne des factures parfois salées pour les familles.

«Ce que nous faisons c’est un petit baume sur le problème. Ça ne va pas nécessairement guérir les enfants, mais ça aide à sa façon», dit-elle.

«Ce que j’aime avec cette campagne, c’est que les fonds demeurent dans la province. Il s’agit de cas traités par nos optométristes. Les fonds vont directement aux parents, et c’est justement très gratifiant d’avoir la chance de rencontrer les familles. Ça nous permet de voir l’impact de notre action», ajoute l’optométriste.

Le dernier don en liste a été effectué à l’intention de Thomas de Saint-Quentin, un petit bonhomme de deux ans souffrant du syndrome de Zellweger, une maladie dégénérative excessivement rare au pays, si bien qu’il est le seul Néo-Brunswickois diagnostiqué à l’heure actuelle. La maladie affecte de nombreux organes, dont ses yeux avec lesquels il parvient à peine à voir.

Cette année, 14 optométristes d’un peu partout en province ont participé à la campagne qui a permis d’amasser 2162$, un montant un peu en deçà des dernières années, mais qui sera certainement très pratique pour la famille du jeune homme qui doit se déplacer constamment pour diverses consultations avec des spécialistes.

Au total depuis le début de l’initiative, 39 452$ ont été récoltés depuis 2010 grâce aux optométristes de la province, et ce, afin d’aider une douzaine de jeunes aux prises avec des problèmes oculaires sérieux.

Forte de ce succès, l’organisatrice n’a d’ailleurs pas l’intention de s’arrêter là. Elle entend bien redoubler d’efforts au cours de la prochaine campagne afin d’accroître encore davantage le nombre d’optométristes participants.