Garderies gratuites: plusieurs intervenants restent sur leur faim

Plusieurs intervenants demeurent sur leur faim au lendemain de l’annonce du gouvernement de Brian Gallant sur la gratuité des services de garde pour les familles à faible revenu.

L’initiative provinciale pourrait permettre de réduire la pauvreté et d’améliorer le sort des familles monoparentales qui ont souvent une femme à leur tête, avance la directrice du Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick.

Nelly Dennene déplore cependant l’absence de détails et l’échéancier tardif du plan libéral.

«On parle d’une promesse et non pas d’une instauration immédiate. Ça nous inquiète parce que ça faisait déjà partie de leur promesse électorale en 2014. Au final, on fait face à un plan qui manque encore beaucoup de détails.»

Le premier ministre a annoncé, jeudi à Saint-Jean, que les enfants des familles qui gagnent moins de 37 500 $ par année pourront fréquenter gratuitement les centres de la petite enfance à partir du 1er mars.

À ce moment-là, la province ne comptera cependant que deux centres du genre, à Edmundston et à Saint-Jean. Les autres régions de la province devront attendre au 1er mars 2019, soit après les élections provinciales du 24 septembre 2018.

Les libéraux espèrent convaincre jusqu’à 300 garderies éducatives agréées de devenir des centres de la petite enfance d’ici 2020.

«C’est clair que (Brian Gallant) est en campagne électorale», avance la députée Madeleine Dubé du Parti progressiste-conservateur à la lumière de cet échéancier.

«Il n’y a pas eu beaucoup de progrès dans les garderies, mais on l’a vu souvent prendre des photos dans avec des enfants. C’est sûr que ce n’est pas du tout ce à quoi les gens s’attendaient depuis (les élections) de 2014.»

L’Association francophone des parents du Nouveau-Brunswick est également demeurée sur sa faim après l’annonce de jeudi. Son président, Pascal Haché, s’interroge surtout sur le sort réservé aux familles de la classe moyenne.

«Qu’est-ce qui se passe une fois qu’on dépasse le revenu brut de 37 500? Qu’est-ce qui se passe lorsqu’il y a plusieurs enfants dans la famille?»

«Une famille peut gagner jusqu’à 100 000 $ par année, mais lorsqu’on a trois ou quatre enfants, ça commence à être lourd sur les finances.»

Le premier ministre a indiqué jeudi qu’une autre annonce aurait lieu la semaine prochaine au sujet de l’aide financière pour les familles de la classe moyenne qui envoient leurs enfants à la garderie.