Pas de hausse de taxes à Bathurst

En 2018, les résidents de Bathurst ne paieront pas plus de taxes qu’en 2017. Le taux de taxation restera inchangé. C’est indiqué dans le budget de l’année qui vient de commencer et que les élus doivent adopter, lundi, en conseil municipal.

Ce budget a été présenté jeudi soir, à la mairie, au cours d’une réunion publique.

«Nous sommes très satisfaits. Ç’a été un travail d’équipe et de longue haleine. Bathurst est l’une des municipalités qui ont le taux de taxation le plus élevé au Nouveau-Brunswick. Nous ne voulions pas augmenter les taxes», commente Paolo Fongemie.

Pour la seconde fois de son mandat, le maire respecte l’engagement qu’il avait pris envers ses électeurs au moment des élections municipales de 2016.

Le budget de Bathurst pour les douze mois à venir est équilibré. Il s’élève à 30 millions de dollars (24 millions de dollars de budget de fonctionnement – revenus et dépenses inclus – auxquels s’ajoutent les 6 millions de dollars du budget des services d’eau et égouts).

La municipalité économise, cette année encore: 250 000$ ont été mis de côté (l’épargne de 2017 avoisinait les 100 000$). C’est sans parler du surplus de 2017 qui reste à déterminer.

«Économiser nous permet, le cas échéant, de payer des factures comptant et non de devoir emprunter avec des remboursements qui s’étalent sur 15 ans et des intérêts», précise l’élu.

Bateau fantôme

Le maire et les conseillers ne délaissent pas les investissements. L’équipe municipale mise sur le développement touristique. Et cela passe par un emblème, à l’image du homard à Shediac.

Une épave de bateau sera construite cet été le long de la promenade Waterfront qui évoquera la légende du bateau fantôme. Un circuit touristique dans les rues de la ville est également en projet.

«Le tourisme est un volet du développement économique de Bathurst», considère Paolo Fongemie.

Celui-ci parie aussi sur l’avant-gardisme. L’achat de trois véhicules à moteur à propane (deux voitures pour les services de police et un camion pour le service des travaux publics) est envisagé.

Et ce, dans une optique écologique et économique – ces engins, déjà présents dans l’Ouest et en Ontario, sont réputés pour être moins polluants et consommer moins d’essence.

Au chapitre des travaux à venir et budgétés, une partie de la rue Bridge sera refaite (asphaltage et drainage), sur une longueur de 1,5km.